Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'ayatollah Khamenei à la tête d'un vaste empire économique

Reuters12/11/2013 à 09:27

par Steve Stecklow et Babak Dehghanpisheh et Yeganeh Torbati

(Reuters) - L'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la Révolution islamique iranienne, contrôle un empire économique d'environ 95 milliards de dollars (environ 71 milliards d'euros), une somme supérieure à la valeur actuelle des revenus pétroliers annuels du pays, a pu établir l'agence Reuters au terme d'une enquête de six mois.

Cette organisation peu connue, baptisée Setad, est l'une des clés de la longévité au pouvoir du dirigeant iranien. Elle possède des parts dans pratiquement chaque secteur de l'économie nationale, de la finance au pétrole ou aux télécommunications.

Rien ne prouve que le guide suprême puise dans les fonds de Setad pour s'enrichir personnellement, mais l'organisation donne à Ali Khamenei, au pouvoir depuis 24 ans, les moyens financiers d'opérer indépendamment du parlement et du budget national, ce qui le protège des complexes luttes de pouvoir qui agitent en interne la République islamique.

Setad a bâti son empire en confisquant systématiquement des milliers de biens appartenant à des Iraniens au profil varié, qu'ils soient chiites, membres de minorités religieuses, hommes d'affaires ou membres de la diaspora.

L'enquête de Reuters montre comment Setad a amassé un gigantesque portefeuille de biens immobiliers en clamant devant les tribunaux, parfois à tort, que ces propriétés avaient été abandonnées.

L'organisation détient désormais, sur ordre de la justice, un monopole sur la saisie de propriétés au nom du guide suprême, et vend régulièrement ces biens aux enchères ou cherche à retirer de l'argent auprès de leurs propriétaires d'origine.

Pour le seul mois de mai 2013, près de 300 biens ont ainsi été mis aux enchères par Setad, pour des millions de dollars.

CONGLOMÉRAT

Le nom complet en persan est "Setad Ejraiye Farmane Hazrate Emam", ce qui peut se traduire par "Siège pour l'exécution des ordres de l'imam". Il se réfère à une décision du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Ruhollah Khomeini, peu avant sa mort en 1989, de créer une entité pour gérer et vendre les propriétés abandonnées dans le chaos des années qui ont suivi la révolution de 1979.

Selon l'un de ses cofondateurs, Setad devait aider les pauvres et les anciens combattants et n'était censée exister que pendant deux années.

Près de vingt-cinq ans plus tard, l'organisation s'est muée en vaste machine économique. Elle contrôle aussi une fondation caritative, mais il est difficile de déterminer les fonds consacrés aux activités de cette dernière.

Outre l'immobilier, Setad possède des parts dans des dizaines d'entreprises publiques ou privées, avec l'objectif avoué de créer un conglomérat iranien pour stimuler la croissance économique de la République islamique.

Au fil des ans, le guide suprême, les juges et le parlement ont émis une série de décrets bureaucratiques, de décisions judiciaires ou constitutionnelles qui ont renforcé ses prérogatives. "Aucun organe de supervision ne peut remettre en cause ses biens", déclare Naghi Mahmoudi, un avocat iranien qui a quitté l'Iran en 2010 et vit aujourd'hui en Allemagne.

"SOCIÉTÉS-ÉCRANS"

En juin dernier, le département américain du Trésor a imposé des sanctions contre Setad et certaines de ses holdings, qualifiant l'organisation de "vaste réseau de sociétés-écrans masquant des actifs pour le compte (...) des dirigeants iraniens".

Ni les services de la présidence ni le ministère iranien des Affaires étrangères n'ont souhaité commenter le contenu de cette enquête. L'ambassade d'Iran aux Emirats arabes unis a qualifié ces conclusions de "parcellaires" et ajouté qu'elles n'avaient "aucun fondement", sans plus de précisions.

Le directeur général des relations publiques de Setad, Hamid Vaezi, a répondu par courriel à une description détaillée de ces informations en déclarant qu'elles étaient "inexactes et éloignées de la réalité". Il n'est pas entré dans les détails.

Dans un message ultérieur, Hamid Vaezi a ensuite déclaré que Setad réfutait les allégations du Trésor américain et "a entrepris d'engager un conseil aux Etats-Unis pour traiter cette question". "Cette communication vous informe que toute action de la part de votre organisation pourrait influer sur notre litige aux Etats-Unis et nuire à notre position, ce dont nous vous tiendrons pour responsable", a-t-il dit.

Le montant total des avoirs de Setad est difficile à évaluer en raison de l'opacité de ses comptes. Reuters l'évalue à environ 95 milliards de dollars - dont 52 milliards de biens immobiliers et 43 milliards de parts d'entreprises. Cette estimation s'appuie sur l'examen de déclarations de responsables de Setad, des données de la Bourse de Téhéran et des sites d'entreprises, et des informations du Trésor américain.

Le montant dépasse d'environ 40% les exportations pétrolières de l'Iran en 2012, qui ont atteint 67,4 milliards de dollars selon le Fonds monétaire international.

Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Bertrand Boucey


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.