Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'avocat de Nicolas Sarkozy contre-attaque sur les écoutes

Reuters20/03/2014 à 15:13

THIERRY HERZOG VA DÉPOSER PLAINTE POUR VIOLATION DU SECRET DE L'INSTRUCTION

PARIS (Reuters) - L'avocat de Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi qu'il déposerait une plainte pour violation du secret de l'instruction deux jours après la publication par Mediapart de transcriptions de plusieurs écoutes judiciaires de l'ancien président.

Le site d'informations a révélé mardi la teneur de sept écoutes effectuées sur la ligne téléphonique ouverte de Nicolas Sarkozy sous une fausse identité et qui ont poussé la justice à ouvrir une information judiciaire pour "trafic d'influence".

"Aujourd'hui, je vais demander au procureur de la République, par le dépôt d'une plainte pour violation du secret de l'instruction, d'ordonner une enquête et d'identifier quels sont les auteurs de ces violations", a déclaré Thierry Herzog jeudi sur Europe 1.

L'avocat, qui dément tout trafic d'influence, dénonce la publication d'écoutes "tronquées" et demande au procureur national financier de rendre publics les éléments de la procédure prouvant ses dires.

"Il est impensable que des écoutes ou des rapports d'écoutes tronqués puissent être diffusés, publiés, et c'est pourquoi j'appelle Madame le procureur de la République à faire en sorte de pouvoir procéder à des rectifications", a-t-il dit jeudi.

Sa demande, adressée mercredi par courrier au procureur de Paris, a été transmise au parquet national financier, désormais compétent sur cette affaire.

Ce dernier n'était pas joignable dans l'immédiat.

Les juges ont placé deux téléphones utilisés par Nicolas Sarkozy sur écoute les 3 et 19 septembre 2013 dans le cadre d'une enquête sur des accusations de financement libyen de sa campagne électorale en 2007.

Son avocat, Me Thierry Herzog, a été écouté de manière incidente lors de conversations avec l'ex-chef de l'Etat.

"J'AI PU ME LÂCHER"

Ces interceptions auraient, selon Le Monde, révélé que les deux hommes étaient "très bien renseignés" sur la procédure alors en cours à la Cour de cassation sur le dossier Bettencourt, entraînant l'ouverture d'une information judiciaire contre X pour violation du secret de l'instruction et trafic d'influence.

Les juges soupçonnent Nicolas Sarkozy d'avoir cherché à faciliter la promotion à Monaco d'un avocat général de la Cour de cassation, Gilbert Azibert, en échange de renseignements sur cette affaire, écrit le quotidien.

Thierry Herzog a indiqué jeudi avoir utilisé deux téléphones portables à partir de juillet 2012, juste après l'élection de François Hollande, parce qu'il "redoutait des écoutes illégales, des écoutes sauvages."

Dans son courrier au procureur de Paris, il assure avoir été informé des avancées de la procédure sur l'affaire Bettencourt en toute légalité par son collègue, l'avocat auprès de la Cour de cassation Patrice Spinosi.

Ce dernier a confirmé à Reuters avoir envoyé à Thierry Herzog, comme au reste de la défense du dossier Bettencourt, le rapport du conseiller rapporteur de la Cour de cassation, le 27 janvier, et l'avis de l'avocat général, le 30 janvier.

"Je n'ai bénéficié d'aucune information privilégiée", a insisté jeudi Thierry Herzog.

Interrogé sur des propos qu'il a tenus dans ces conversations téléphoniques au sujet de Gilbert Azibert, magistrat au coeur des soupçons de trafic d'influence selon Le Monde, l'avocat a déclaré : "Le moment venu, s'il faut, je m'en expliquerai, mais ce qui m'intéresse aujourd'hui, c'est de dire que les principes ont été bafoués."

Dans certaines des écoutes révélées par Mediapart, Thierry Herzog tient des propos peu amènes à l'égard des juges bordelais en charge de l'enquête Bettencourt, dans le cadre de laquelle Nicolas Sarkozy a bénéficié d'un non-lieu.

"Ce sont des écoutes privées, ce sont des conversations téléphoniques dans lesquelles j'ai pu me lâcher, et on ne va pas généraliser", s'est-il défendu jeudi.

(Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

15 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • knbskin
    20 mars15:53

    Pendant qu'on nous sert des combats de bouses dans une fosse à purin, les affaires de la France n'avancent pas. Une seule adresse dimanche : "Nous citoyens" avec Denis Payre ... :D

    Signaler un abus

  • rodde12
    20 mars15:51

    Ils lâchent leur bile. S'il y avait autre chose que des rapports sur des conversations ou des vantardises d'avocats, ce serait déjà sur la place publique. Il appartiendra à la "justice " de prouver qu'il y a eu des malversations ou de pénaliser le délit d'opinion. Mais ces "révélations" sont en elles même cra puleuses. Il y a bien un coupable et c'est pour des raisons politiques. Cà c'est un vrai scanda le.

    Signaler un abus

  • jfvl
    20 mars15:31

    Comment voulez-vous que la justice et ses représentants soient respectés, ils bafouent le droit qu'ils sont censés défendre. Qu'elle confiance peut-on leur accorder ?

    Signaler un abus

  • M1961G
    20 mars15:14

    les écoutes font partis de la boite à outil de hollande . Mitterrand l'a fait , hollande suit son modèle . il n'est pas possible que la gauche ne soient pas informé par les magistrats de gauche . si on mettait sur écoute tout les politiques , hollande compris on découvrirait des centaines d'affaires de corruption . comment les journaux à sensation récupèrent ils leur source !!!!!le journal "le monde" à l'élysée , étonnant non!!!!!

    Signaler un abus

  • m.bouil4
    20 mars14:49

    Ca devient révoltant : le fonctionnement de la police et de la justice, dont certains membres diffusent ( vendent ?) des éléments de procédure à la presse, est tombé en plein chaos. On n'entend évidemment ni le ministre de l'intérieur, ni la ministre de la justice. Et le President de la République reste muetdevant un tel abaissement !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.