Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Autriche fait une proposition à la Bavière sur le dossier Heta

Reuters07/07/2015 à 16:24

par Angelika Gruber et Irene Preisinger VIENNE/MUNICH, 7 juillet (Reuters) - L'Autriche a proposé à la Bavière de lui verser au moins 1,23 milliard d'euros pour régler une multitude de litiges liés à la "bad bank" autrichienne Heta HAABI.UL . L'annonce est une bonne nouvelle pour le contribuable autrichien qui a déjà versé plus de 5,5 milliards d'euros dans l'établissement failli et pour la banque allemande BayernLB BAYLB.UL qui peut ainsi tirer un trait sur toute une série d'investissements malencontreux. BayernLB, dont le capital est contrôlé à hauteur de 75% par le Land de Bavière, avait acquis en 2007 une participation majoritaire dans l'établissement autrichien, qui s'appelait alors Hypo Alpe Adria, pour 1,6 milliard d'euros. Deux ans plus tard, la banque était nationalisée par l'Autriche, à la suite d'une expansion hasardeuse dans les Balkans. Le ministre des Finances bavarois Markus Söder a estimé que le Land ne parviendrait sans doute pas à décrocher un meilleur accord, quand bien même il remporterait tous les procès en cours, et il espère concrétiser l'arrangement d'ici octobre. BayernLB a elle-même fait l'objet d'un plan d'aide de 10 milliards d'euros durant la crise financière. Elle doit encore rembourser 2,3 milliards d'ici 2019. "C'est un pas sur la voie d'un accord", a déclaré le chancelier autrichien Werner Faymann. Vienne explique que la somme de 1,23 milliard d'euros représente 45% des dommages et intérêts accordés par un tribunal munichois à BayernLB cette année et facturés à Hypo Alpe Adria. L'Autriche ajoutera 45% de tout bénéfice que pourrait dégager la structure de cantonnement Heta, a précisé le vice-chancelier Reinhold Mitterlehner. La faillite d'Hypo, dont les actifs sont liquidés par Heta, a provoqué procès sur procès en Autriche et en Allemagne et des demandes de dédommagements totalisant dans les 16 milliards d'euros. Deux consortiums regroupant des banques, des assureurs et des fonds d'investissement ont porté plainte contre l'Autriche, réclamant le remboursement intégral de leurs obligations émises par Heta après que la FMA, l'autorité de tutelle financière autrichienne, eut pris le contrôle de la structure de défaisance en mars et gelé plus de 11 milliards d'euros de remboursements sur ces obligations. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.