Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

L'autre actu de la tech: salaires en hausse et bilan mitigé sur les cookies
information fournie par AFP20/09/2021 à 18:36

Des salaires qui continuent de se redresser dans la tech et le bilan en demi-teinte de la deuxième série d'actions de la Cnil pour faire respecter la législation sur les "cookies": voici un florilège d'informations tech de la semaine écoulée.

Les salaires de la tech continuent à se redresser après la crise

Les entreprises du secteur des nouvelles technologies prévoient une augmentation des rémunérations de 2,6% en 2022, selon le rapport annuel "Salary Budget Planning" publié par Willis Towers Watson.

"Ce niveau d'augmentations salariales prévisionnelles pour l'année 2022 représente une augmentation de 0,7 point par rapport à 2020 (1,8% en moyenne) et de 0,4 point par rapport à 2021 (2,1% en moyenne)", précise le communiqué.

En prenant en compte la prévision d'inflation, le gain de pouvoir d'achat en 2022 pour les salariés français sera de 1,4 point.

"Cookies": bilan contrasté après la deuxième série d'actions de la Cnil

La Cnil, gendarme français des données personnelles, a annoncé que 80% des acteurs qu'elle avait mis en demeure fin juin de respecter la nouvelle réglementation sur le consentement aux "cookies" s'étaient mis en conformité.

"À ce jour, 30 organismes se sont mis en conformité, quatre ont sollicité un délai en raison de contraintes techniques ou opérationnelles et quatre n'ont pas encore répondu", a indiqué la Cnil qui souhaite que refuser les cookies soit aussi simple que les accepter.

"Les organismes ayant sollicité un délai supplémentaire sont tous des organismes étrangers du secteur privé", a précisé le régulateur à l'AFP. Parmi celles n'ayant pas répondu, 2 sont des sociétés privées françaises et deux sont étrangères, et ces entreprises risquent "des sanctions pécuniaires pouvant aller jusqu'à 2% de leur chiffre d'affaires", a-t-elle ajouté.

Les noms de ces organismes ne sont pas communiqués car les mises en demeures restent non publiques.

Qui saura hacker le système de vote suisse?

La Poste suisse promet jusqu'à 230.000 euros de récompense aux hackers qui parviendront à découvrir des vulnérabilités critiques dans son futur système de vote électronique, appelé à être utilisé lors de futures élections dans le pays.

La compétition entre hackers est organisée via la société française Yes We Hack, spécialisée dans l'organisation des ces "chasses aux bugs" avec son réseau de chercheurs en cybersécurité du monde entier.

"La Poste suisse invite les chercheurs du monde entier à examiner les principes cryptographiques sous-jacents" au code source de l'application de vote pour y déceler des erreurs potentielles", et à "tester plus de 150 000 lignes de code", a indiqué Yes We Hack.

Un quart des entreprises victime de fraude

Un quart des entreprises ont été victime d'une fraude avérée au cours des douze dernier mois, selon l'édition 2021 du baromètre fraude et cybersécurité d'Euler Hermes qui se base sur un échantillon de 300 entreprises implantées en France.

Le télétravail semble avoir inspiré une recrudescence des tentatives de fraude, puisque près d'une entreprise sur deux a observé une telle hausse.

La fraude au président (usurpation de l'identité d'un dirigeant) est la plus citée par les entreprises (47% d'entre elles la mentionnent, en hausse de 9 points sur l'édition 2020 du baromètre. Viennent ensuite les autres usurpations d'identité (banque avocats, commissaires au comptes), citées par 38% des répondants, et la fraude au faux client, citée par 25% des répondants.

Dans les cyber-attaques au sens strict, l'intrusion dans les systèmes informatique est la plus citée (32%, en hausse de 3 points), suivi du rançongiciel/cyberextorsion (21%, + 6 points).

Biotech: vers des licornes européennes

Le fonds d'investissement Jeito Capital, spécialisé dans les biotechnologies de santé, a annoncé le "closing" de son premier fonds, Jeito 1, pour 534 millions d'euros, avec pour objectif de créer des licornes européennes, et la mise à disposition de thérapies d'innovation.

Levées de fonds

- La biotech lyonnaise Amolyt Pharma a levé 67,6 millions d'euros, qui lui permettront de faire progresser ses traitements potentiels dans les maladies endocriniennes rares, notamment via le développement clinique de son traitement potentiel contre l'hypoparathyroïdie (la production insuffisante d'hormone parathyroïdienne). Cette levée de fonds a été codirigée par Sectoral asset management et Andera Partners, avec la participation d'Atem Capital, mais aussi notamment d' Innobio 2, géré par Bpifrance.

- La start-up Skello, qui s'est spécialisée dans les outils de gestion du personnel et de planning après avoir développé des systèmes de communication pour les secteurs de l'hôtellerie et la restauration, a levé 40 millions d'euros auprès de Partech et de ses investisseurs historiques pour se développer en Europe.

- Seedtag, spécialiste de la publicité contextuelle, a levé 34 millions d'euros auprès d'Oakley Capital, Adara Ventures et All Iron Ventures, notamment pour se lancer aux États-Unis.

- La foodtech française Foodles, spécialisée dans l'alimentation collective, a levé 31 millions d'euros auprès d'InfraVia Growth avec la participation de Bpifrance et des investisseurs historiques Creadev, DN Capital et Adelie, pour s'étendre en Europe.

0 commentaire