1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Autorité palestinienne s'active à l'ONU, Israël torpille son budget

Le Parisien04/01/2015 à 00:34

L'Autorité palestinienne s'active à l'ONU, Israël torpille son budget

Ils continuent à se rendre coup pour coup. Israël a riposté samedi à l'offensive diplomatique des Palestiniens à l'ONU en gelant un transfert de 106 millions d'euros à l'Autorité palestinienne et en menaçant ses dirigeants de poursuites en justice.

Après le dépôt vendredi à l'ONU de la demande d'adhésion palestinienne à la Cour pénale internationale (CPI), dans le but avoué d'y citer des responsables israéliens, la première mesure de rétorsion israélienne n'a pas tardé. L'Etat hébreu a décidé de ne pas reverser à l'Autorité palestinienne un demi-milliard de shekels (106 millions d'euros), selon un responsable israélien qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat.

Un «nouveau crime de guerre» selon les palestiniens

Israël collecte pour le compte de l'Autorité palestinienne des taxes qu'il lui reverse chaque mois et qui représentent près de la moitié du budget palestinien. Ces fonds sont régulièrement utilisés comme un levier de pression par l'Etat hébreu. En 2012 déjà, lorsque les Palestiniens avaient obtenu le statut d'Etat observateur à l'ONU, Israël avait gelé ces transferts.

Le négociateur en chef palestinien Saëb Erakat a aussitôt qualifié cette démarche de «nouveau crime de guerre israélien»: «Ce n'est pas une aumône israélienne au peuple palestinien qu'ils ont gelé, mais notre propre argent, qui est légalement à nous».

«Une fois de plus, Israël répond à une de nos initiatives légales par une nouvelle punition collective illégale», a-t-il ajouté, assurant que les Palestiniens «ne reculeront pas devant les pressions israéliennes». Ces versements sont vitaux pour une Autorité palestinienne qui dépend aussi de l'aide internationale. Le ministère des Finances palestinien a d'ailleurs indiqué qu'il rencontrait des difficultés à payer les fonctionnaires notamment à Gaza où l'Autorité palestinienne tente de gouverner avec le Hamas.

Plainte israélienne aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer