Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Assemblée vote le budget de la diplomatie française, cette fois en hausse
AFP29/10/2020 à 22:02

L'Assemblée nationale a voté jeudi en première lecture le projet de budget 2021 de la diplomatie française avec une hausse qui, bien que modeste, tranche avec des années de "rabot" sur les fonds et les effectifs du Quai d'Orsay.

"L'action extérieure de l'Etat" -réseau diplomatique, contribution aux organisations internationales, Français de l'étranger, diplomatie culturelle etc.- représente 2,9 milliards d'euros.

Ces crédits représentent une hausse de 2,3% contre "une évolution moyenne à zéro" entre 2017 et 2019, relève le rapport de la commission des finances.

Fait rare, les effectifs du ministère des Affaires étrangères, en baisse de 10% depuis 2007, restent stables à 12.105 emplois.

Ce budget "marque enfin la fin du cycle du rabot", s'est félicité Christophe Di Pompeo (LREM), en soulignant "qu'aucune réduction de personnel n'est prévue", une première "depuis 20 ans.

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a souhaité devant l'hémicycle que cette embellie ne soit "pas une pause" mais traduise à plus long terme "la fin de l'hémorragie".

Michel Herbillon (LR) a, à l'inverse, déploré un budget "dans lequel on peine à voir les priorités" assignées à une diplomatie mise "en surrégime" par la "croisade solitaire" du président Emmanuel Macron sur la scène internationale.

De nombreux orateurs ont salué la mobilisation des ambassades et consulats pour rapatrier les milliers de Français bloqués à l'étranger au début de la crise du Covid-19.

L'attaque au couteau qui a blessé un vigile du consulat de France de Jeddah (Arabie saoudite) a également été mentionnée pour rappeler les risques encourus par le personnel des missions diplomatiques.

Le rapporteur pour avis de la commission des Affaires étrangères Frédéric Petit (MoDem), a pour sa part demandé que l'Agence pour l'enseignement du français à l'étranger (AEFE) "poursuive sa mue".

Dans un rapport pour avis, il déplore le "manque d'adéquation apparent entre les ambitions du gouvernement" de doubler le réseau d'enseignement français homologué, soit une augmentation de 350.000 élèves en dix ans, "et l'organisation présentée par l'Agence".

En fin de journée, les députés ont voté le budget de l'aide publique au développement (APD), en hausse, passant de 3,27 milliards d'euros en 2020 à 4,9 milliards d'euros pour 2021. Cette augmentation s'explique toutefois en très grande partie par un nouveau programme de recapitalisation de l'Agence française de développement (AFD).

Sur fond de crise diplomatique avec la Turquie, le rapporteur Marc Le Fur (LR) a critiqué l'aide apportée à ce pays au titre de l'APD. "Il n'est pas concevable de maintenir notre système d'aide en Turquie dans son état actuel", a-t-il estimé.

Jean-Yves Le Drian a jugé "nécessaire une clarification politique avec la Turquie".

Mais il a souligné que l'APD n'était pas "un cadeau" et "en aucun cas une faveur". "Si nous agissons dans ces pays, c'est dans notre intérêt et dans l'intérêt des peuples, et vous l'avez noté, je parle bien des peuples et non de leurs dirigeants".

La France et Emmanuel Macron font l'objet de virulentes attaques verbales en Turquie, en particulier de la part du président Recep Tayyip Erdogan, depuis le soutien du chef de l'Etat français à la publication de caricatures du prophète Mahomet après un attentat islamiste qui a coûté la vie à un enseignant.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer