Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Assemblée générale de l'Onu condamne le gouvernement syrien

Reuters04/08/2012 à 02:41

L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ONU CONDAMNE L'INACTION DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LA SYRIE

par Louis Charbonneau

NATIONS UNIES (Reuters) - L'Assemblée générale des Nations unies a massivement condamné vendredi le gouvernement syrien et réclamé une transition politique dans ce pays en proie depuis 17 mois à un soulèvement sanglant.

Cette instance, qui compte 193 Etats membres, a adopté un projet de résolution d'inspiration saoudienne exprimant une "grave préoccupation" devant l'escalade des violences.

Cent trente-trois pays ont voté pour, 12 contre et 31 se sont abstenus. Le texte bénéficiait du coparrainage de plusieurs Etats membres, dont celui de nombreux pays occidentaux.

Comme prévu, la Russie, alliée fidèle du président syrien Bachar al Assad, a voté contre ce texte, qui n'a pas de valeur contraignante. Lui ont emboîté le pas des nations connues pour leur hostilité envers l'Occident comme la Chine, l'Iran, la Corée du Nord, la Biélorussie et Cuba.

Le représentant russe au Conseil, Vitali Tchourkine, a immédiatement condamné la résolution en l'accusant d'être "nuisible" et de masquer "un soutien flagrant" à la rébellion. "Derrière la façade d'une rhétorique humanitaire, la résolution dissimule un soutien flagrant à l'opposition armée qu'ils appuient et arment activement (...)", a-t-il dit.

La résolution adoptée stipule que l'Assemblée générale "(...) déplore l'incapacité du Conseil de sécurité (de l'Onu) à s'entendre sur des mesures faisant en sorte que les autorités syriennes respectent ses décisions".

Le texte appelle aussi à "(...) une transition politique générale menée par les Syriens vers un système politique démocratique et pluraliste".

La Russie et la Chine ont usé à trois reprises de leur veto pour bloquer l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité en accusant les Occidentaux d'encourager et de soutenir la rébellion.

La représentante permanente des Etats-Unis au Conseil de sécurité, Susan Rice, s'est réjouie du vote de l'Assemblée générale. "Malgré l'opposition continue d'une minorité de plus en plus isolée, la majorité écrasante des membres des Nations unies a pris clairement position pour le peuple syrien et à ses aspirations légitimes", a dit la diplomate.

Son homologue britannique, Mark Lyall Grant, a déclaré à la presse après le vote qu'une "majorité colossale" avait soutenu la résolution, dont la formulation avait été modifiée pour supprimer des appels explicites de la Ligue arabe en faveur d'une démission de Bachar al Assad et de sanctions contre Damas.

CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ?

A Paris, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a salué l'adoption de la résolution, qui "réaffirme la volonté de la communauté internationale de trouver la voie d'une sortie de crise crédible en Syrie."

"La France soutient pleinement cette approche et reste mobilisée pour que prévale la justice pour le peuple syrien", peut-on lire dans un communiqué.

La résolution salue toujours la décision de la Ligue arabe invitant le président syrien à renoncer au pouvoir, sans fournir de précisions.

Ces changements ont permis de rallier le soutien de dizaines d'Etats membres qui, sinon, auraient voté contre, ont fait valoir des diplomates des Nations unies.

L'ambassadeur d'Arabie saoudite, Abdallah al Mouallimi, s'est pour sa part félicité que "le nombre de votes favorables ait surpassé toutes nos attentes".

Le représentant permanent de la France, Gérard Araud, qui préside depuis le 1er août pour un mois le Conseil de sécurité, s'est également réjoui du vote de l'Assemblée générale tout en déplorant l'incapacité des Quinze du Conseil à agir de la même façon.

"Le Conseil de sécurité est bloqué", a-t-il dit. "Je ne vois pas comment nous pourrions aller de l'avant sur cette question".

Après le vote, le représentant syrien, Bachar Ja'afari, a dénoncé la "nouvelle mascarade" orchestrée, selon lui, par le président de l'AG, le Qatari Nassir Abdoulaziz al Nasser, pour faire adopter la ligne de son pays.

L'Arabie saoudite et le Qatar soutiennent la cause des insurgés syriens en lutte contre le régime de Bachar al Assad. Le diplomate syrien a réitéré les accusations de Damas sur la fourniture par ces deux pays du Golfe d'armes aux rebelles. "La résolution n'aura, quoi qu'il soit, aucune conséquence", a-t-il martelé.

Plusieurs diplomates occidentaux ont fait valoir qu'il était important de voter le texte de l'Assemblée générale pour envoyer un message politique et faire honte à Moscou et Pékin pour leur obstruction au sein du Conseil de sécurité.

"Ce vote braque les projecteurs sur la Russie et la Chine et les humilie d'une façon qui ne va pas leur plaire", a commenté un diplomate de l'Onu ne souhaitant pas être identifié nommément.

Avant le vote, Ban Ki-moon avait déclaré devant l'Assemblée générale que les exactions signalées à Alep, la deuxième ville syrienne où les deux camps s'affrontent depuis plusieurs jours de manière sanglante, pourraient s'apparenter à des crimes contre l'humanité.

"Alors que nous sommes ici réunis, Alep (...) est l'épicentre d'une bataille sauvage entre le gouvernement syrien et ceux qui veulent le remplacer", a dit le secrétaire général de l'Onu.

"Les actes de brutalité qui sont signalés pourraient constituer des crimes contre l'humanité ou des crimes de guerre", a-t-il ajouté. "Ces agissements doivent faire l'objet d'une enquête et leurs auteurs devront rendre des comptes".

Louis Charbonneau; Jean-Stéphane Brosse, Jean-Loup Fiévet et Marine Pennetier pour le service français


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.