Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Arménie accuse l'Azerbaïdjan de s'être "infiltré" sur son sol
AFP14/05/2021 à 08:36

Le dirigeant de l'Arménie, Nikol Pachinian, le 25 avril 2021 à Erevan ( Service de presse du gouvernement arménien / TIGRAN MEHRABYAN )

Le dirigeant de l'Arménie, Nikol Pachinian, le 25 avril 2021 à Erevan ( Service de presse du gouvernement arménien / TIGRAN MEHRABYAN )

Le dirigeant de l'Arménie, Nikol Pachinian, a accusé jeudi l'armée azerbaïdjanaise d'avoir violé la frontière arménienne et de chercher à conquérir de nouveaux territoires, alors que le regain de tensions entre ces deux pays ennemis jurés inquiète les Etats-Unis et la France. 

"C'est une infiltration subversive", a lancé M. Pachinian lors d'une réunion extraordinaire de son conseil de sécurité, selon des propos cités dans un communiqué officiel.

Lors de cette réunion, il a affirmé que les troupes azerbaïdjanaises s'étaient avancées de trois kilomètres à l'intérieur des frontières arméniennes au Sud et qu'elles voulaient "faire le siège" du lac Sev, partagé entre les deux pays.

Dénonçant un "empiètement" sur le territoire de l'Arménie, M. Pachinian a indiqué que l'armée arménienne avait réagi avec des "manoeuvres tactiques appropriées".

Selon lui, ces tensions doivent néanmoins être réglées par voie diplomatique.

Bakou a rejeté ces accusations, qualifiées de "provocantes".

"Les gardes-frontières prennent des positions qui appartiennent à l'Azerbaïdjan dans les districts de Lachin et Kalbajar", a réagi le ministère des Affaires étrangères d'Azerbaïdjan dans un communiqué tard jeudi.

Des camions de l'armée azerbaïdjanaise traversent la ville de Lachin, le 1er décembre 2020 ( AFP / Karen MINASYAN )

Des camions de l'armée azerbaïdjanaise traversent la ville de Lachin, le 1er décembre 2020 ( AFP / Karen MINASYAN )

La réaction de l'Arménie, "qui fait des annonces provocantes, est ahurissante", souligne le ministère, ajoutant que Bakou "est attaché à apaiser les tensions dans la région et appelle à des mesures en ce sens".

- "Retrait immédiat" -

L'Azerbaïdjan et l'Arménie se sont affrontés à l'automne 2020 pour le contrôle de la région indépendantiste du Nagorny Karabakh, un conflit qui s'est soldé par plus de 6.000 morts et une défaite d'Erevan, qui a dû rétrocéder d'importants territoires à Bakou.

Des soldats azerbaïdjanais en patrouille à un point de contrôle près de Choucha, le 26novembre 2020 après six semaines de conflit avec l'Arménie sur le Nagorny Karabakh ( AFP / Karen MINASYAN )

Des soldats azerbaïdjanais en patrouille à un point de contrôle près de Choucha, le 26novembre 2020 après six semaines de conflit avec l'Arménie sur le Nagorny Karabakh ( AFP / Karen MINASYAN )

Malgré un cessez-le-feu signé sous l'égide de Moscou et le déploiement de soldats de la paix russes, les tensions persistent dans la région. Le mois dernier, les deux pays se sont accusés mutuellement d'avoir ouvert le feu dans le Nagorny Karabakh.

Région à majorité arménienne, le Nagorny Karabakh avait fait sécession de l'Azerbaïdjan à la dislocation de l'URSS, entraînant une première guerre ayant fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés.

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi suivre "de près" ce "regain de tensions" frontalier.

"Nous sommes informés que les deux parties communiquent et exhortons à la retenue pour favoriser une désescalade pacifique de la situation", a tweeté le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price.

De son côté, le président français Emmanuel Macron s'est entretenu au téléphone avec M. Pachinian, selon ses services jeudi soir.

Des camions militaires arméniens, le 19 novembre 2020 à Agdam ( AFP / Karen MINASYAN )

Des camions militaires arméniens, le 19 novembre 2020 à Agdam ( AFP / Karen MINASYAN )

"Le président de la République a rappelé l'attachement de la France à l'intégrité territoriale de l'Arménie et marqué la nécessité d'un retrait immédiat des troupes azerbaïdjanaises du territoire arménien", a indiqué la présidence française dans un communiqué.

- "Détérioration" - 

Jeudi, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, s'est pour sa part entretenu par téléphone avec son homologue azerbaïdjanais Djeyhoun Baïramov de "la détérioration de la situation" à la frontière entre Bakou et Erevan.

Carte d'Arménie et du Nagorny Karabakh ( AFP /  )

Carte d'Arménie et du Nagorny Karabakh ( AFP / )

Selon le ministère russe des Affaires étrangères, les deux diplomates ont souligné la "nécessité d'un respect strict du cessez-le-feu" et d'une résolution des incidents par voie diplomatique.

Contactés par l'AFP, les ministères arméniens de la Défense et des Affaires étrangères n'ont pas commenté les annonces de Nikol Pachinian. 

M. Pachinian est actuellement Premier ministre par intérim, depuis sa démission fin avril pour permettre la tenue de législatives anticipées le 20 juin.

Au pouvoir depuis 2018, Nikol Pachinian est depuis sous la pression de l'opposition qui l'accuse de trahison.

mkh-im/rco/mba/fff/led/ahe/ybl

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer