Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'armée française va perdre près de 34.000 postes

Reuters02/08/2013 à 13:29

L'ARMÉE FRANÇAISE VA PERDRE PRÈS DE 34.000 POSTES DANS LES SIX PROCHAINES ANNÉES

par Patrick Vignal et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - La France tiendra son rang, malgré la suppression de près de 34.000 postes sur six ans prévue dans le projet de budget pluriannuel de la Défense, a déclaré vendredi le ministre des armées Jean-Yves Le Drian.

La Loi de programmation militaire 2014-2019 présentée vendredi en conseil des ministres décline les recommandations formulées dans le Livre blanc remis en avril à François Hollande et vise un équilibre entre la nécessité de préserver l'outil militaire et la participation à l'effort de redressement des finances publiques.

Sur ses quelque 280.000 emplois, la deuxième armée d'Europe après celle du Royaume-Uni va en perdre 23.500 en raison des objectifs fixés par le Livre blanc, auxquels viendront s'ajouter 10.175 postes restant à supprimer au titre de la précédente réforme.

Le total de suppressions de postes s'élèvera donc à 33.675 à raison d'environ 7.500 par an dans les premières années.

"Il y aura à la fin du processus une armée française de 242.000 militaires, ce n'est pas rien. (...) La France tient son rang, la France tient sa place", a dit Jean-Yves Le Drian.

"S'il y a des réductions d'effectifs, elles seront moins importantes que la période précédente, elles seront difficiles, mais elles permettront d'avoir une armée certes plus compacte mais tout aussi performante", a-t-il assuré sur Europe 1.

Les forces de combat seront relativement préservées puisqu'elles ne perdront qu'environ 8.000 postes, soit un tiers du total des suppressions supplémentaires prévues par la loi de programmation. Les quelque 16.000 postes restants seront prélevés dans les emplois administratifs.

Jean-Yves Le Drian s'est engagé à éviter "au maximum" les fermetures de sites. "Ça se fera de manière extrêmement précise, pas à la hache".

"Le chiffre n'est pas arrêté mais elles ne seront pas très nombreuses", a-t-il dit sur Europe 1, ajoutant que l'effort porterait "le moins possible sur les unités opérationnelles".

Le projet de loi, qui sera débattu par le Parlement à l'automne et que le gouvernement espère faire adopter avant la fin de l'année, a fait l'objet d'un bras de fer entre le ministère de la Défense, soucieux de conserver une armée opérationnelle, et ceux de l'Economie et du Budget, préoccupés avant tout par la nécessité de réduire les déficits.

PAS DE SCÉNARIO NOIR

Servi par le succès de l'intervention militaire française au Mali, le ministère de la Défense a réussi à convaincre Bercy de faire preuve de retenue et de remiser dans un tiroir le fameux "scénario noir".

Ce dernier prévoyait la vente du porte-avions Charles de Gaulle, la suppression de 30 régiments, l'arrêt des chaînes de l'avion de combat Rafale de Dassault Aviation et l'abandon de l'avion de transport européen A400M, développé par Airbus Military, la filiale d'avions militaires d'Airbus (groupe EADS).

Si cette perspective, dont la simple évocation a permis de rendre la pilule moins amère, a été écartée, le mérite en revient en partie au lobbying actif des cercles militaro-industriels et des parlementaires de tous bords, écologistes exceptés, qui avaient menacé de ne pas voter le budget de la Défense s'il tombait sous la barre des 1,5% de PIB.

Ce budget sera finalement gelé à hauteur de 31,4 milliards d'euros pour les trois prochaines années, soit son niveau 2013, représentant 11,3% du budget total de l'Etat.

Les ressources consacrées à l'effort de défense sur la période 2014-2019 sont chiffrées à 190 milliards d'euros - 183,9 milliards provenant de crédits budgétaires et 6,1 milliards de ressources exceptionnelles.

LES PROGRAMMES IMPORTANTS MAINTENUS

Ces dernières proviendront notamment de la cession de biens immobiliers et de participations de l'Etat dans des entreprises publiques ainsi que de la vente de nouvelles fréquences très recherchées par les opérateurs de téléphonie mobile dont le produit, estimé à plusieurs milliards d'euros, reviendra intégralement au ministère de la Défense.

Des programmes importants sont maintenus, notamment la modernisation d'un parc de blindés vieillissant, l'arrivée de nouveaux Rafale ainsi que celle, longtemps différée, de l'A400M, dont l'armée française prend livraison ce vendredi de son premier exemplaire.

La loi de programmation met également l'accent sur les forces spéciales, dont les effectifs seront augmentés de 1.000 hommes, et définit clairement la cyberdéfense, champ stratégique majeur dans les conflits modernes, comme une priorité.

La dissuasion nucléaire, d'un coût estimé à environ 3,5 milliards d'euros annuels, est sanctuarisée dans ses deux composantes, sous-marine et aéroportée.

Certains cadres de l'armée et acteurs des industries de défense n'en estiment pas moins que dans un contexte de récession, il conviendrait de rééquilibrer la balance en faveur du secteur conventionnel, par exemple en ne conservant que la composante sous-marine de la dissuasion.

La persistance des contraintes budgétaires pourrait ainsi contraindre François Hollande, qui a gagné ses galons de chef militaire grâce à l'opération Serval au Mali, à rouvrir ce débat, estime Pierre Servent, l'un des meilleurs experts français des questions de défense.

"François Hollande a sanctuarisé les deux composantes parce qu'il avait besoin d'une posture guerrière mais il lui faudra bien y venir et prendre le problème à bras-le-corps", a déclaré ce dernier à Reuters.

Avec Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.