Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'armée française quitte la région de Surobi en Afghanistan

Reuters31/07/2012 à 15:36

RETRAIT DE L'ARMÉE FRANÇAISE DE LA RÉGION AFGHANE DE SUROBI

PARIS (Reuters) - L'armée française a quitté mardi la région de Surobi, près de Kaboul, l'un des trois districts où elle était déployée, amorçant le retrait des forces combattantes françaises qui doivent avoir quitté l'Afghanistan avant la fin de l'année.

Le calendrier arrêté par François Hollande prévoit le retrait d'environ 2.000 hommes des forces combattantes d'ici à fin 2012, deux ans avant le départ prévu du reste de la force internationale de l'Otan (Isaf). Le retrait total des forces françaises interviendra fin 2013.

Une brève cérémonie de baisser du drapeau français et de montée du drapeau afghan a marqué le départ de la base de Surobi, a-t-on appris auprès de l'état-major des armées.

Sur les 600 hommes déployés dans cette province située à l'est de la capitale afghane, 300, issus notamment du 92e régiment d'infanterie, ont rejoint provisoirement Kaboul et regagneront la France avant la fin août.

Environ 200 resteront à Kaboul dans le cadre d'une force d'intervention rapide et une centaine renforceront le détachement de formation des forces afghanes.

Le district de Kapisa, au nord-est de Kaboul, a été officiellement transféré aux autorités afghanes début juillet.

Sur les 4.000 soldats français présents en Afghanistan en 2011, environ 2.950 seront encore déployés fin août. Mais 1.500 hommes supplémentaires seront désengagés d'ici fin décembre 2012.

Au début de l'année, l'ancien président Nicolas Sarkozy a décidé un retrait anticipé de l'armée française, qui contrôlait alors Surobi et Kapisa, ce dernier secteur étant le plus lourd en pertes pour les troupes françaises.

Un retrait que François Hollande a encore accéléré puisque le départ des derniers éléments, qui doivent s'occuper du délicat retrait du matériel et de la formation de l'armée afghane, doit prendre fin en 2013.

La France a perdu 87 soldats en Afghanistan depuis 2001.

L'armée française, fragilisée par son processus de retrait, craint de subir de nouvelles pertes avant la fin de l'année, a déclaré récemment le chef d'état-major de l'armée de terre, le général Bertrand Ract-Madoux.

Elle craint des attentats suicide, des infiltrations et de "tirs fratricides", ainsi que le fait que l'armée sera moins efficace en raison de son démantèlement.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.