Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'armée française contrôle l'aéroport de Kidal, au Mali

Reuters30/01/2013 à 13:35

L?ARMÉE FRANÇAISE CONTRÔLE L?AÉROPORT DE KIDAL, AU MALI

DAKAR/PARIS (Reuters) - Les forces françaises ont pris le contrôle de l'aéroport de Kidal, dernier bastion des groupes islamistes armés actifs dans le nord du Mali, ce qui permet à la France d'envisager une réduction de son dispositif militaire.

"On a mis en place cette nuit un dispositif à Kidal et ce matin on assure le contrôle de l'aéroport", a déclaré mercredi à Reuters le colonel Thierry Burkhard, porte-parole du chef d'état-major des armées à Paris. "Les opérations continuent."

Il n'a pas précisé en quoi consistait le dispositif mis en place ni si les forces françaises avaient rencontré une quelconque résistance des djihadistes.

Le président de l'assemblée régionale de Kidal, Haminy Belco Maiga, avait auparavant déclaré que les forces françaises étaient arrivées mardi en fin de soirée et avaient "déployé quatre avions et des hélicoptères."

Les forces françaises et maliennes ont repris ce week-end et lundi Gao et Tombouctou, plus au sud, ce qui leur a redonné le contrôle de l'ensemble de la boucle du Niger.

La reconquête de Kidal, dernière grande ville du Nord-Mali, va marquer un changement de nature des opérations, estime François Heisbourg, spécialiste des questions stratégiques.

"On va entrer dans une phase dominée par la stabilisation de la situation pour permettre le déploiement de la force africaine", a-t-il déclaré à Reuters. "C'est le moment le plus compliqué parce qu'on change de priorité et d'outil."

LES DJIHADISTES "DÉSORGANISÉS"

Selon le ministre français des Affaires étrangères, cité par Le Parisien, la libération rapide de Gao et Tombouctou "faisait partie du plan" français, engagé le 11 janvier.

"Maintenant, c'est aux pays africains de prendre le relais", a confié Laurent Fabius dans l'avion qui l'emmenait à Addis Abeba pour une conférence des donateurs pour le Mali.

"Nous avons décidé de mettre les moyens en hommes et en matériel pour réussir cette mission et frapper fort", a-t-il expliqué. "Mais le dispositif français n'a pas vocation à être maintenu. Nous partirons rapidement."

Au moins 3.500 soldats français sont engagés au Mali.

Selon un bilan dressé mardi soir par le ministère français de la Défense, les contingents africains de la Misma (Mission internationale de soutien au Mali) comptent pour leur part à ce stade 2.900 hommes, dont 1.400 Tchadiens, 500 Nigériens, 400 Togolais, 200 Nigérians, 150 Burkinabés, une centaine de Béninois et une cinquantaine de Sénégalais.

La Misma doit à terme mettre sur pied une force de quatre bataillons de 500 hommes chacun, à quoi s'ajouteront les appuis et soutiens associés.

Laurent Fabius estime que les djihadistes, stoppés dès les premières heures de l'opération "Serval", il y a 19 jours, dans leur tentative de percée vers la capitale, Bamako, ont subi de lourdes pertes et sont "désorganisés" et "très atteints".

"Ils savent que nous pouvons écouter leurs moyens de communication, ce qui limite leur capacité de réaction", a ajouté le chef de la diplomatie française, selon Le Parisien.

"VIVE LA FRANCE"

Kidal est situé à 1.500 km au nord-ouest de Bamako, non loin de la frontière algérienne et au pied d'un massif montagneux, refuge du groupe islamiste touareg malien Ansar Dine.

Les combattants touareg d'obédience laïque du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) avaient annoncé lundi avoir pris le contrôle de la ville.

"Les troupes françaises ont été très bien accueillies par la population de Kidal et le MNLA", a dit à Reuters un porte-parole de ce mouvement à Paris, Moussa Ag Assarid. "Elles ont été accueillies sous les cris de 'vive l'Azawad', 'vive la France'."

Il a assuré qu'il y avait une "coordination" entre le MNLA et les troupes françaises, qui sont, selon lui, entrées dans Kidal. "Mais c'est le MNLA qui contrôle et sécurise la ville", a ajouté Moussa Ag Assarid.

Le MNLA, a-t-il assuré, est prêt à discuter avec Bamako pour trouver une "solution politique".

"Nous demandons l'autodétermination (...) Ce sont des négociations qui vont déterminer à quel niveau on peut aller", a ajouté le porte-parole du MNLA, selon qui le mouvement est en contact avec les autorités maliennes par l'intermédiaire du médiateur de la Cédéao, le président du Burkina-Faso Blaise Compaoré.

David Lewis à Dakar, Richard Valdmanis à Douentza, Mali, Emmanuel Jarry et John Irish à Paris, édité par Gilles Trequesser

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.