Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'armée devra consentir un effort, dit Michel Sapin

Reuters13/05/2014 à 19:58

L'ARMÉE DEVRA CONSENTIR UN EFFORT, DIT MICHEL SAPIN

PARIS (Reuters) - Les militaires français devront consentir un effort dans le cadre de la politique de maîtrise des dépenses publiques, a déclaré mardi Michel Sapin, à l'heure où l'opposition accuse l'exécutif de préparer des coupes dans le budget de l'armée.

"La France doit faire un effort en terme de maîtrise de ses dépenses publiques, tous les militaires feront un effort mais le ministère de la Défense est un ministère qui doit être à la hauteur des enjeux de la sécurité de la France", a dit, sans plus de précisions, le ministre des Finances lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Adoptée en décembre, la loi de programmation militaire (LPM) octroie 190 milliards d'euros de crédits sur la période 2014-2019 et acte 7.881 suppressions de postes en 2014.

Le budget annuel est maintenu à 31,4 milliards d'euros jusqu'en 2016 (1,5% du PIB) et progressera légèrement par la suite. François Hollande s'est engagé à plusieurs reprises à sanctuariser les budgets prévus par la LPM.

Mais selon Les Echos de mardi, le ministère des Finances envisagerait désormais de réduire les crédits militaires d'un montant allant jusqu'à 2,3 milliards d'euros d'ici 2017.

Le ministère de la Défense pourrait ainsi contribuer à hauteur de 300 à 350 millions d'euros aux 1,6 milliard d'économies supplémentaires que l'Etat va devoir effectuer en 2014 pour tenir son objectif de déficit public, selon le quotidien économique.

Le député UMP Xavier Bertrand a de son côté évoqué des économies d'"1,5 à 2 milliards d'euros par an pendant 3 à 4 ans", sans préciser d'où il tenait ses informations.

"DANS L'OS"

"Il n'en est pas question", a réagi Michel Sapin, accusant l'élu d'employer "des chiffres qui n'ont rien à voir avec la réalité."

"Quand on parle de crédits de la Défense, on peut très rapidement faire peur à ceux qui penseraient que parce que tel ou tel élément viendrait à diminuer, ce serait la sécurité de la France qui diminuerait", a-t-il ajouté.

"Non la sécurité de la France ne sera pas mise en danger, une loi de programmation a été votée, c'est dans le cadre de cette loi de programmation que toute réflexion sur l'avenir des crédits de la défense doit s'inscrire".

Le Premier ministre, Manuel Valls, avait démenti ce week-end l'existence d'un plan d'austérité spécifique qui viserait la Défense tout en confirmant que tous les ministères participeraient à la réduction des déficits.

Les militaires redoutent de voir le budget annuel de la Défense passer sous le seuil de 1,5% du PIB, soit environ 30 milliards d'euros annuels, son niveau actuel.

En deçà de cette somme, les experts estiment que la France ne pourrait pas faire des interventions militaires seule comme elle l'a fait au Mali en janvier 2013.

"On est à l'os", a estimé l'ancien ministre UMP de la Défense Alain Juppé mardi. "Je pense que tout coup de tournevis supplémentaire sur la défense nous priverait des moyens de nos ambitions, à la fois pour la sécurité de notre territoire et surtout pour notre capacité de déploiement extérieur."

(Marine Pennetier, avec Claude Canellas à Bordeaux, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.