1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Argentine gagne une manche judiciaire contre ses créanciers
Reuters31/08/2015 à 23:30


NEW YORK, 31 août (Reuters) - La banque centrale argentine a obtenu lundi de la justice américaine l'annulation d'une décision qui autorisait certains créanciers obligataires du pays à tenter d'obtenir d'elle le remboursement de leurs obligations. Une cour d'appel de New York a annulé un jugement de 2013 déniant à la Banco Central de la Republica Argentina (BCRA) la possibilité de refuser les réclamations d'investisseurs américains détenant 2,4 milliards de dollars d'obligations émises par Buenos Aires. Le juge de première instance, Thomas Griesa, avait estimé que la banque centrale avait renoncé à son immunité souveraine et que les fonds spéculatifs pouvaient donc tenter d'obtenir d'elle un remboursement de leurs créances. C'est cet argument de l'immunité qui a été rejeté lundi en appel. Les fonds créanciers espéraient obtenir la saisie d'avoirs détenus par la BCRA à l'étranger. L'Argentine, qui voit ces fonds comme des "vautours", tente d'obtenir des décisions de la communauté internationale pour encadrer plus strictement les activités de ce type d'investisseurs spécialisés dans les dettes à risque. La décision rendue lundi "crée un précédent international et garantit que les fonds vautours ne seront pas autorisés à saisir les réserves de la banque centrale", s'est félicité Alejandro Vanoli, le président de la BCRA. Un représentant de NML Capital, l'un des fonds détenteurs d'obligations argentines, s'est refusé à tout commentaire. Les fonds plaignants avait refusé de participer aux restructurations de la dette publique argentine en 2005 et 2010. Buenos Aires a de nouveau fait défaut l'an dernier après avoir refusé de conclure un accord amiable avec ces créanciers. (Nate Raymond; Marc Angrand pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer