1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Arc de triomphe de Palmyre dynamité par l'Etat islamique
Reuters05/10/2015 à 18:59

DAMAS (Reuters) - Les combattants de l'Etat islamique ont détruit à l'explosif un Arc de triomphe datant de l'époque romaine construit dans la cité antique de Palmyre, dont ils se sont emparés au mois de mai, a annoncé lundi le directeur des antiquités syriennes.

Maamoun Abdoulkarim a indiqué à Reuters que la destruction du monument, l'un des plus importants du site, avait eu lieu dimanche.

Les djihadistes ont déjà détruit deux temples du site archéologique classé au patrimoine mondial de l'Unesco, dédiés à Bel et à Baalshamine. Ils ont aussi assassiné l'ancien directeur du site, Khaled Assaad, qui était âgé de 82 ans.

Dans un communiqué, la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, a vivement condamné cette nouvelle destruction qui, dit-elle, "montre à quel point les extrémistes sont terrifiés par l'histoire et la culture, car la connaissance du passé décrédibilise et délégitime tous les prétextes utilisés pour justifier ces crimes, et les font apparaître pour ce qu'ils sont: une pure expression de haine et d'ignorance", ajoute-t-elle.

"Il n'y aura pas d'impunité pour les criminels de guerre, et l'Unesco mettra tout en oeuvre, à son niveau, pour que les auteurs de ces destructions soient jugés et punis en étroite coopération avec la Cour pénale internationale", promet-elle.

L'Arc détruit dimanche avait été construit sous Septime Sévère au tournant des IIe et IIIe siècles et marquait la jonction entre une immense colonnade de plus d'un kilomètre et le temple de Bel, également détruit cette année.

"C'est aussi difficile que si une malédiction s'était abattue sur cette ville", a déploré Maamoun Abdoulkarim. Et le directeur des antiquités syriennes s'attend à de nouvelles destructions. "Si la ville reste entre leurs mains, elle sera condamnée."

(Kinda Makieh; Nicolas Delame et Henri-Pierre André pour le service français, édité par Tangi Salaün)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer