Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'ampleur de la fraude à la viande révélée par les prélèvements

Reuters12/03/2013 à 22:10

L'AMPLEUR DE LA FRAUDE À LA VIANDE RÉVÉLÉE PAR LES PRÉLÈVEMENTS

STRASBOURG (Reuters) - Les contrôles menés après la découverte de viande de cheval dans des plats cuisinés à base de b?uf ont révélé le caractère très répandu de la fraude, selon les premiers résultats révélés mardi par Benoît Hamon, le ministre chargé de la Consommation.

Le ministre a toutefois précisé qu'au-delà du cas Spanghero-Comigel-Draap Trading, la filière par laquelle le scandale est arrivé, "la tromperie économique ne semble pas établie" s'agissant des sociétés françaises impliquées dans quatre nouveaux circuits mises en lumière.

Le fait que la présence de viande de cheval ait été surtout détectée dans les premiers prélèvements laisse selon lui à penser que les fabricants de plats cuisinés ont réagi rapidement après la découverte de la fraude.

"Nous pensons que nous avons commencé à assainir la filière", s'est-il félicité lors d'un déplacement au Parlement européen de Strasbourg pour des rencontres avec les parlementaires et les commissaires européens.

La Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) a procédé à 138 prélèvements dans 121 établissements, dont 50 ont déjà pu être analysés.

Sur les dix premiers, neuf contenaient au moins 1% de viande de cheval contre deux au sein des quarante suivants.

Les quatre nouvelles filières identifiées par la DGCCRF ont déjà été révélées par les entreprises elles-mêmes.

Draap Trading, le trader néerlandais qui fournissait de la viande roumaine à Spanghero, est impliqué dans trois d'entre elles. Il fournissait ainsi Gel Alpes, lui-même fournisseur de William-Saurin qui vend aussi sous marque Panzani et marque distributeur.

"LA CRISE N'EST PAS FINIE"

Il livrait également de la viande en provenance d'Estonie et de Pologne à Covi, une entreprise des Deux-Sèvres qui produit du corned beef et de la viande polonaise à Toupnot, une société de Lourdes.

S'agissant de Davigel, filiale de Nestlé dont les lasagnes contenaient de la viande de cheval en faible quantité, le circuit passe par un abattoir italien, un négociant belge et un atelier de transformation allemand.

"La crise n'est pas finie", a toutefois insisté Benoît Hamon. "Elle ne sera terminée que lorsque nous aurons changé les règles du jeu et que le consommateur pourra de nouveau avoir confiance dans ce qui est dans son assiette".

Au plan intérieur, le ministre a annoncé un renforcement des contrôles et un alourdissement des sanctions contre les fraudeurs. "Nous allons multiplier par dix le niveau des pénalités", a-t-il annoncé.

Des amendes allant jusqu'à 10% du chiffre d'affaires de l'entreprise et la possibilité de lui interdire toute activité commerciale seront incluses dans le projet de loi sur la consommation qui doit être prochainement présenté en conseil des ministres, a encore dit le ministre.

Au niveau européen, Benoît Hamon demande, avec d'autres pays dont l'Allemagne, un étiquetage mentionnant le pays d'origine qui n'est actuellement pas obligatoire pour des produits carnés transformés en provenance de l'Union européenne.

"Le nombre de pays favorables au marquage augmente", a-t-il assuré.

Gilbert Reilhac, édité par Yann Le Guernigou


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.