Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'alliance Renault-Nissan ne changera pas avec l'Etat au capital

Reuters10/02/2017 à 11:29
    PARIS, 10 février (Reuters) - La structure capitalistique de 
l'alliance de Renault  RENA.PA  avec Nissan  7201.T  ne changera 
pas tant que l'Etat français restera au capital de Renault, a 
déclaré vendredi Carlos Ghosn. 
    "Suite au 'soap opera' des droits de vote doubles et à la 
discussion avec l'Etat français, Nissan a dit très clairement 
durant ces discussions qu'il n'acceptera aucune évolution de la 
structure du capital tant que l'Etat français demeurera 
actionnaire de Renault", a répondu le PDG de Renault, interrogé  
en conférence de presse sur d'éventuels changements dans la 
structure de Renault-Nissan. 
    "Donc, le jour où l'Etat français décide de sortir, tout est 
ouvert, et je peux vous dire que ça ne traînera pas. Mais tant 
qu'il veut rester un actionnaire de Renault, l'alliance 
continuera comme elle est", a poursuivi Carlos Ghosn.   
    Le constructeur automobile et son principal actionnaire, 
avec lequel le PDG de Renault juge aujourd'hui encore la 
relation "compliquée mais constructive", se sont livrés en 2015 
à un bras de fer après la décision de l'Etat de porter sa 
participation de 15% à 20% environ pour s'assurer les droits de 
vote doubles prévus par la loi Florange. 
    Vécue chez Nissan comme une rupture de l'équilibre entre les 
deux partenaires, alors que le groupe japonais ne détient aucun 
droit de vote, cette décision a entraîné plusieurs mois de 
crise, dénouée en décembre 2015 grâce à un compromis. 
    Celui-ci a entériné un nouveau statu quo : l'Etat, qui a 
promis de céder les titres acquis pour l'occasion, conserve le 
bénéfice des droits de vote doubles mais seulement pour les 
sujets stratégiques et pas pour les questions opérationnelles, 
tandis que Nissan a obtenu des engagements sur l'influence 
future de la partie française.  
 
 (Gilles Guillaume et Laurence Frost, édité par Dominique 
Rodriguez) 
 

Valeurs associées

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.