Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Allemagne réfute les déclarations de Netanyahu sur la Shoah

Reuters 21/10/2015 à 15:43

par Luke Baker BERLIN, 21 octobre (Reuters) - Le gouvernement allemand a réfuté mercredi les déclarations formulées la veille par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a provoqué une vive controverse en affirmant que la "solution finale" avait été inspirée aux dirigeants nazis par le grand mufti de Jérusalem. "Tous les Allemands connaissent l'histoire de folie raciale meurtrière des nazis qui a conduit à la rupture avec la civilisation que fut l'Holocauste", a commenté Steffen Seibert, le porte-parole d'Angela Merkel. "Cela est enseigné dans les écoles allemandes pour une bonne raison, cela ne doit jamais être oublié", a poursuivi le porte-parole. "Je ne vois aucune raison de modifier notre vision de l'histoire d'une quelconque manière". "Nous savons que la responsabilité pour ce crime contre l'humanité est allemande et qu'elle est vraiment la nôtre", a-t-il ajouté. Quelques heures avant de s'envoler pour une visite en Allemagne, Benjamin Netanyahu a affirmé mardi soir devant le Congrès sioniste mondial à Jérusalem que le mufti Hadj Amin al Husseini avait inspiré à Adolf Hilter l'idée de l'extermination des juifs. "Hitler ne voulait pas exterminer les juifs à l'époque, il voulait expulser les juifs", a déclaré Benjamin Netanyahu dans son discours. "Et Hadj Amin al Husseini est allé voir Hitler et lui a dit 'si vous les expulsez, ils vont tous venir ici'". Selon le Premier ministre israélien évoquant cette conversation qui aurait eu lieu en 1941, Hitler aurait alors demandé: "que dois-je faire avec eux ?" et le mufti lui aurait répondu: "brûlez-les". Plusieurs responsables de l'opposition israélienne ainsi que des spécialistes de l'Holocauste sont intervenus pour contester le récit fait par Benjamin Netanyahu, accusé de déformer la réalité historique. "Dire que le mufti fut le premier à mentionner à Hitler l'idée de tuer ou de brûler les juifs n'est pas correct", a commenté Dina Porat, professeure à l'université de Tel Aviv et historienne en chef au mémorial de Yad Vashem. "L'idée de débarrasser le monde des juifs est un thème central dans l'idéologie d'Hitler, bien longtemps avant qu'il ne rencontre le mufti", a-t-elle ajouté. INDIGNATIONS DES PALESTINIENS La raison pour laquelle Netanyahu a fait ces déclarations demeure peu claire à un moment de tensions accrues entre Palestiniens et Israéliens. Des dirigeants palestiniens ont toutefois accusé le dirigeant israélien de chercher à absoudre Adolf Hitler du meurtre de six millions de juifs afin d'en faire porter la responsabilité aux musulmans. "Il est triste de voir le chef du gouvernement israélien détester à ce point ses voisins qu'il cherche à absoudre le plus grand criminel de guerre de l'Histoire, Adolf Hitler, du meurtre de six millions de juifs", a déclaré Saeb Erekat, secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). "M. Netanyahu devrait cesser d'exploiter cette tragédie humaine pour marquer des points à des fins politiques", a poursuivi Erekat. Le ministre israélien de la Défense, Moshe Yaalon, proche de Netanyahu, a lui-même admis que ce dernier s'était trompé. "Ce n'est certainement pas (Husseini) qui a inventé la solution finale", a dit Yaalon sur la radio de l'armée israélienne. "C'était l'esprit maléfique d'Hitler lui-même". Benjamin Netanyahu a répondu aux critiques en affirmant mercredi qu'il existait de "nombreuses preuves" à l'appui de ses accusations contre Husseini, sans toutefois préciser les sources auxquelles il se référait. Un ouvrage de 1947 intitulé "Le Mufti de Jérusalem" ainsi qu'un article de journal de l'époque affirment qu'un ancien conseiller d'Hitler a témoigné lors du procès de Nuremberg qu'Husseini avait comploté avec le dictateur allemand pour débarrasser l'Europe des juifs. Husseini qui fut pourchassé pour être traduit devant la justice ne fut jamais appréhendé. Il est mort au Caire. La rencontre entre Hitler et Husseini s'est déroulée à Berlin le 28 novembre 1941. Or, plus de deux ans auparavant, en janvier 1939, le chancelier avait clairement exprimé lors d'un discours au Reichstag sa détermination à exterminer les juifs. (Pierre Sérisier pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.