Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Allemagne, le bon élève qui se fait taper sur les doigts à la maison
So Foot06/05/2020 à 14:00

L'Allemagne, le bon élève qui se fait taper sur les doigts à la maison

Le brouillard. Voilà dans quoi naviguent la majorité des championnats européens. Dans cette tempête de sable, l'Allemagne fait figure d'oasis : les entraînements ont repris dès la première semaine d'avril, seuls dix cas de coronavirus ont été recensés parmi les clubs professionnels du pays et la reprise de la Bundesliga pourrait intervenir dès le 15 mai. Un modèle d'efficacité que ses voisins européens jalousent... mais qui fait majoritairement grincer des dents à l'intérieur du pays.

Ce mercredi, les fans de foot européens vont savoir. Savoir si leur seule échappatoire pour regarder du foot en direct restera ou non la Biélorussie, unique championnat continental où le ballon tourne toujours. Ce mercredi, tous les regards seront braqués sur Angela Merkel et les 16 chefs de gouvernement des États fédéraux allemands, qui décideront à l'issue de leur visioconférence de redémarrer ou non la Bundesliga. Et l'agence de presse Reuters l'assure : la réponse sera positive. Date de reprise avancée : le vendredi 15 mai.

Reprendre : une nécessité économique


Comment est-ce possible, alors que la plupart des championnats européens continuent de naviguer à vue ? Évidemment, la Bundesliga bénéficie de la bonne gestion de la crise du coronavirus en Allemagne (6860 morts "seulement" et une absence de confinement qui fait rêver). Mais le comportement de la Ligue allemande (DFL) n'est pas non plus étranger à cette reprise express. En Allemagne, pas de Javier Tebas (patron de la Liga) pour refuser toute autre alternative qu'une reprise de la saison et pour menacer de sanctions les clubs récalcitrants. Pas de Jean-Michel Aulas et autres pontes de Ligue 1 pour polluer le débat avec des scénarios ne favorisant que leurs intérêts personnels. La DFL s'est contentée d'un lobbying tout aussi intense, mais beaucoup plus discret, et centré sur un argument qui a fait mouche : en cas d'arrêt du championnat, 13 des 36 clubs professionnels du pays risquent la faillite.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer