1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Allemagne et les USA retirent leurs missiles Patriot de Turquie
Reuters16/08/2015 à 18:45

BERLIN/ISTANBUL, 16 août (Reuters) - Les Etats-Unis et l'Allemagne ont annoncé dimanche qu'ils retireraient les batteries de missiles antimissile Patriot déployées dans le sud de la Turquie début 2013. Cette décision fait suite à une réévaluation de la menace liée au conflit en Syrie. Ces batteries de missiles avaient été installées à la demande d'Ankara dans le cadre d'une mission de l'Otan validée en décembre 2012 pour protéger le territoire turc. Les déploiements étaient motivés par la destruction d'un avion turc, abattu par les forces syriennes en juin 2012, et la mort, en Turquie, de cinq civils turcs tués par un tir de mortier syrien, en octobre. Mais la situation a changé depuis. Les Pays-Bas, qui participaient également à cette mission, y ont mis fin cette année. Ils ont été remplacés par l'Espagne. Une déclaration commune turco-américaine précise dimanche que les missiles Patriot seront rapatriés aux Etats-Unis pour y être modernisés. "Les Etats-Unis et l'Otan s'engagent à soutenir la sécurité de la Turquie et la stabilité régionale. Si nécessaire, les Etats-Unis sont prêts à renvoyer les batteries de Patriot et le personnel afférent en Turquie dans un délai d'une semaine", peut-on lire dans cette déclaration. La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, a annoncé elle que le gouvernement ne demanderait pas au Parlement une prolongation de l'opération, dont le mandat expire en janvier. Elle a expliqué que la menace pesant contre la Turquie avait changé de nature. "Elle découle désormais de l'organisation terroriste Etat islamique", a-t-elle dit. (Noah Barkin à Berlin et Ayla Jean Yackley à Istanbul; Henri-Pierre André pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer