Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'aide climat de la France néglige les pays pauvres-rapport

Reuters06/10/2015 à 17:18

PARIS, 6 octobre (Reuters) - L'aide publique accordée par la France au titre de la lutte contre le réchauffement climatique a jusqu'ici très peu bénéficié aux pays les moins avancés (PMA), selon un rapport de la commission des finances du Sénat. Ces financements "climat", essentiellement distribués par l'Agence française du développement (AFD), se sont élevés à 13,2 milliards d'euros entre 2007 et 2014, écrivent les sénateurs Fabienne Keller (Républicains) et Yvon Collin (divers gauche). Or, sur ce montant, 7,74 milliards, soit près de 60% du total, sont allés à dix pays (Inde, Maroc, Indonésie, Mexique, Afrique du Sud, Chine, Kenya, Egypte, Brésil et Turquie) dont aucun ne fait partie des PMA. Les 32 PMA qui ont reçu ce type d'aide n'ont reçu dans le même temps que 1,1 milliard d'euros, précise le rapport. Ses auteurs mettent le doigt sur deux autres failles du dispositif français. La première est un fort déséquilibre entre les financements octroyés à des projets de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et ceux destinés à l'adaptation des économies des pays destinataires au réchauffement climatique. "Au total, sur la période (2007-2014), les engagements en matière d'adaptation n'ont représenté que 12% des engagements climat de l'AFD", écrivent les deux rapporteurs. Or, la préférence des PMA va aux financements en matière d'adaptation au changement climatique, dans la mesure où ils sont eux-mêmes relativement peu émetteurs de GES. Le rapport constate d'autre part que l'AFD recourt essentiellement à des prêts, les dons représentant en 2014 à peine 10% des fonds alloués à l'aide à la réduction des GES et à l'adaptation au réchauffement climatique. A quelques semaines de la conférence climat de Paris, où le financement de l'aide aux pays en développement et aux PMA sera l'une des clefs d'un accord sur la limitation du réchauffement climatique, les auteurs du rapport font deux propositions. Ils suggèrent que la France consacre désormais au minimum 20% de ses financements climat aux PMA à l'horizon 2020 et fasse en sorte que 20% de ces financements soient consacrés à des programmes d'adaptation au changement climatique. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.