1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'âge légal de la retraite à 62 ans ne bougera pas, dit Le Gendre
Reuters03/04/2019 à 09:53

L'ÂGE LÉGAL DE LA RETRAITE À 62 ANS NE BOUGERA PAS

PARIS (Reuters) - L'âge légal de la retraite à 62 ans "ne bougera pas", a promis mercredi le chef de file des députés La République en Marche (LaRem), pour tenter de clore une polémique qui a amené le Haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, à mettre sa démission dans la balance, selon le Canard Enchaîné.

Interrogé par Europe 1, Gilles Le Gendre a dit partager, ainsi que le groupe LaRem, "l'exaspération du président de la République", Emmanuel Macron, après les "ballons d'essai" lancés par des ministres sur ce sujet.

Agnès Buzyn (Santé) a évoqué le 17 mars, à titre personnel, la possibilité de reporter l'âge de départ à la retraite.

Trois jours plus tard, le Premier ministre, Edouard Philippe, assurait qu'il n'était pas question de modifier cet âge légal dans le cadre de la réforme en discussion avec les syndicat. Mais il a contribué à la confusion en ajoutant qu'il n'était pas illégitime de se poser la question de l'allongement de la durée du travail.

"Je l'ai dit très amicalement au Premier ministre : ce n'était pas absolument indispensable d'ouvrir ce débat-là", a déclaré Gilles Le Gendre.

Selon la dernière édition du Canard Enchaîné, le Haut-commissaire s'est dit prêt à démissionner si l'exécutif décalait cette borne d'âge dans le cadre de la réforme en discussion.

Jean-Paul Delevoye est "prêt à prendre ses dispositions" si les termes de la réforme changent, confirme-t-on à demi-mot à Reuters dans son entourage.

Gilles Le Gendre doute pour sa part qu'il soit homme à poser ce type d'ultimatum.

"Je connais très bien Jean-Paul Delevoye, il n'est pas du genre à faire 'retenez-moi ou je fais un malheur'. Donc on n'est pas du tout dans un psychodrame", a déclaré le député.

"Jean-Paul Delevoye n'est pas exaspéré, Jean-Paul Delevoye veut aller jusqu'au bout de sa réforme et il ira jusqu'au bout de sa réforme", a-t-il poursuivi. "Et le groupe parlementaire que je préside le soutient de manière inconditionnelle dans la réalisation de cette réforme."

En tout état de cause, "l'âge pivot de 62 ans ne bougera pas (...) Le gouvernement a lui aussi été très clair là-dessus", a assuré le président du groupe LaRem.

Quant à la polémique ouverte par les propos d'Agnès Buzyn, "considérons-là comme refermée", a-t-il ajouté.

(Emmanuel Jarry)

11 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aiki41
    03 avril12:38

    oui qleraz mais pas avec les mêmes privilèges.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer