Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Afrique pourrait facilement développer la culture du blé

Reuters09/10/2012 à 10:22

L'AFRIQUE POURRAIT FACILEMENT DÉVELOPPER LA CULTURE DU BLÉ

par Alister Doyle

OSLO (Reuters) - L'Afrique pourrait facilement développer la culture du blé pour se nourrir et échapper aux fluctuations des prix et à l'instabilité politique, selon une étude parue mardi.

Ce rapport, qui étudie la situation de 12 pays de l'Ethiopie au Zimbabwe, souligne que les agriculteurs au sud du Sahara ne cultivent que 44% du blé consommé localement, et qu'entre 10% et 25% des quantités considérées comme "possibles d'un point de vue biologique et économiquement rentables" avec un rendement net de 200 dollars (154 euros) à l'hectare.

"L'Afrique sub-saharienne a d'importantes étendues de terre propice à la production de blé de façon rentable dans des conditions de précipitations", affirment les auteurs de l'étude, produite par le Centre international d'amélioration du maïs et du blé, une organisation sans but lucratif dont le siège est à Mexico.

Les auteurs de l'étude, publiée à l'occasion d'une conférence sur le blé en Ethiopie, expliquent qu'ils ont cherché à identifier le moyen de faire croître la production de blé comme "une protection contre l'insécurité alimentaire, l'instabilité politique et les chocs de prix".

"Le blé n'est pas une céréale africaine, ce n'est pas une céréale tropicale, mais de nombreux gouvernements veulent la produire localement au lieu de payer pour l'importer", explique Hans-Joachim Braun, directeur du programme blé pour le Centre, point par téléphone.

DU BLÉ POUR LES VILLES

Selon le rapport, les pays africains vont dépenser 12 milliards de dollars (plus de neuf milliards d'euros) pour importer 40 millions de tonnes de blé en 2012. Le blé est destiné notamment aux villes en forte croissance dans lesquelles le régime alimentaire de la population à tendance à changer pour le blé et le riz au détriment du maïs, du sorgho et de la patate douce.

Hans-Joachim Braun souligne que le blé est déjà une céréale bien établie en Ethiopie, au Kenya et en Afrique du Sud, mais qu'il pourrait facilement être développé en zone montagneuse dans d'autres pays sub-sahariens.

Douze pays en Afrique sub-saharienne ont produit près de six millions de tonnes de blé par an sur la période 2006-2008, selon le rapport.

"Si l'Afrique ne va pas vers l'autosuffisance en blé, elle pourrait devoir faire face à de nouvelles famines, à l'instabilité, voire à la violence politique, comme les émeutes du pain l'ont montré en Afrique du Nord il y a quelques années", estime Bekele Shiferaw, un des auteurs de l'étude, dans un communiqué.

En 2008, la Zambie et le Rwanda ont échappé à de fortes hausse des prix du blé sur les marchés internationaux grâce à leur production domestique, fait valoir l'étude.

Atteindre l'autosuffisance pour la consommation de blé risque d'être long, tempère Hans-Joachim Braun.

"Le potentiel biologique est là. Mais il faut aussi avoir accès aux marchés, souligne-t-il. Le gros problème est l'infrastructure routière. Cela ne sert pas à grand chose si l'exploitation agricole est loin des villes."

Danielle Rouquié pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.