Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Afrique du Sud va évacuer 500 rhinocéros du parc Kruger

Reuters 12/08/2014 à 20:34

L'AFRIQUE DU SUD VA DÉPLACER 500 RHINOCÉROS DU PARC KRUGER FACE AU BRACONNAGE

PRETORIA (Reuters) - Les autorités sud-africaines ont affiché mardi leur intention de renforcer la lutte contre le braconnage des rhinocéros, en forte augmentation depuis quatre ans, y compris en déplaçant 500 de ces animaux de l'emblématique parc national Kruger vers des destinations jugées plus sûres.

L'Afrique du Sud, qui héberge plus de 90% des rhinocéros encore en liberté dans le monde, soit environ 21.000 -18.000 rhinocéros blancs et 3.000 noirs- a perdu plus de 1.000 bêtes l'an dernier et 630 depuis le début de l'année, dont 408 dans le seul parc Kruger (KNP).

"Nous devons transporter les rhinocéros là où ils seront en sécurité", a déclaré mardi Markus Hofmeyr, vétérinaire en chef du parc qui jouxte le Mozambique, un des pays les plus pauvres du monde dont sont originaires la plupart des braconniers.

Le braconnage a pratiquement doublé chaque année depuis quatre ans pour alimenter une demande croissante de cornes en Chine et au Vietnam, où on prête à ces appendices composés d'une matière comparable à l'ongle humain des vertus médicinales ou des qualités ornementales.

Dans les rues de Pékin ou Hanoi, le kilogramme de cornes de rhinocéros se vendrait jusqu'à 65.000 dollars (49.000 euros), davantage que les métaux les plus précieux comme l'or ou le platine.

Le dernier recensement effectué par le KNP, l'an dernier, y a évalué entre 8.400 et 9.600 le nombre de rhinocéros blancs, une espèce sauvée in extremis de l'extinction il y a un siècle.

Malgré la hausse du braconnage, la population de rhinocéros sud-africains est "stabilisée", le taux de natalité d'environ 8% compensant pour le moment le taux de mortalité, braconnage compris, a affirmé mardi la ministre sud-africaine de l'Environnement, Edna Molewa.

LÉGALISATION DU COMMERCE?

Les experts sont moins optimistes et mettent en garde contre une possible disparition de ces pachydermes à l'état sauvage d'ici une décennie si le phénomène n'est pas rapidement jugulé.

Le gouvernement sud-africain est en outre critiqué par certains défenseurs de la nature, qui lui reprochent de vouloir légaliser le commerce potentiellement très lucratif des cornes, dont l'Afrique du Sud dispose des stocks considérables, au risque d'alimenter la demande.

La justice sud-africaine est aussi accusée de ne pas punir assez sévèrement les braconniers, notamment ceux qui sont à la tête de réseaux criminels de trafiquants, davantage ménagés que les simples exécutants.

Edna Molewa s'est néanmoins montrée déterminée à agir pour protéger l'espèce et préserver la manne touristique représentée par les safaris.

Outre l'intensification de la lutte contre les réseaux et la poursuite des braconniers au Mozambique, avec lequel Pretoria vient de signer un protocole d'accord, la ministre a confirmé le déplacement prochain de centaines de rhinocéros.

"C'est une tâche de mammouth. On parle de plus de 500", a-t-elle déclaré à Reuters, en soulignant le coût engendré par une telle opération. "Nous devons commencer rapidement."

Certains rhinocéros seront transportés jusqu'au Botswana et en Zambie, ont précisé des responsables sud-africains.

Après les rhinocéros, l'Afrique du Sud craint d'être touchée par le braconnage des éléphants, qui flambe sur le continent africain avec près de 35.000 animaux abattus chaque année, selon les chiffres de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites).

(Ed Stoddard; Tangi Salaün pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.