Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'affaire Hollande-Gayet inquiète les politiques

Reuters13/01/2014 à 18:07

L'AFFAIRE HOLLANDE-GAYET INQUIÈTE LES POLITIQUES

PARIS (Reuters) - Le monde politique français s'inquiète des conséquences politiques de la liaison présumée entre François Hollande et la comédienne Julie Gayet, qui a franchi un nouveau cran avec l'hospitalisation de sa compagne, Valérie Trierweiler.

La séparation entre vie publique et vie privée, traditionnellement mise en avant en France pour excuser les frasques des dirigeants politiques et invoquée lors de la publication des photos de Closer vendredi, est de moins en moins évoquée, dans l'opposition comme dans la majorité.

Si les membres du gouvernement et les dirigeants du Parti socialiste, parti du chef de l'Etat, s'y accrochent encore, le relatif consensus qui traversait jusqu'ici tout le spectre politique français est en train de craquer.

Officiellement, le ton reste détaché au PS, où l'on espère que la grande conférence de presse que donnera mardi François Hollande ne sera pas polluée par "l'affaire".

"Quand on demande aux Français si cela a une incidence sur leur jugement sur la politique, ou sur un gouvernement, ils disent 'non'", a dit lundi le porte-parole du parti, David Assouline, lors d'une conférence de presse. "Je suis d'accord avec eux : il faut que ce grand moment politique reste un grand moment politique."

Mais en privé, une certaine panique est perceptible.

"Les dégâts vont être considérables, ce sera un des marqueurs majeurs du quinquennat", dit un député socialiste. "La vie privée du président de la République, ça n'existe pas."

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a été un des premiers à ouvrir le feu, dimanche, en jugeant cette affaire "désastreuse pour l'image de la fonction présidentielle".

BESOIN DE CLARIFICATION

Le coprésident du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a pour sa part accusé le chef de l'Etat de "tartufferie".

"Tartuffe il l'est. Il est surtout victime de cette habitude de penser qu'il peut rouler tout le monde", a déclaré lundi ce chef de file du Front de gauche à LCI et Radio Classique. Avec lui, "la tartufferie est permanente", a-t-il insisté.

"On voit bien qu'il y a un impact public au moins sur un plan : ça nous intéresse, la sécurité du président. On ne peut pas considérer que c'est son affaire privée de savoir s'il est en sûreté ou pas", a poursuivi Jean-Luc Mélenchon.

Pour lui, un dirigeant à ce niveau doit savoir "bâtir un équilibre" entre "passions" et devoirs et François Hollande devrait être "davantage habité" par sa fonction".

"Ça continue d'affaiblir une fonction qui est déjà à terre", a estimé en écho le vice-président du Front national, Florian Philippot, sur France 2. "Et puis c'est vrai qu'au niveau international ça n'est pas très bon pour l'image de la France. Il faut qu'on tourne cette page assez vite."

Certes, 77% des Français interrogés par l'Ifop pour le Journal du Dimanche estiment que cette "affaire privée" ne concerne que François Hollande. Mais ce sondage a été effectué avant l'annonce de l'hospitalisation de Valérie Trierweiler.

En dehors des questions de sécurité, est également posée la question du statut de la compagne du président, qui a endossé depuis le début du quinquennat le costume de "Première dame", occupe des bureaux à l'Elysée et accompagne le chef de l'Etat dans de nombreux déplacements en France et à l'étranger.

L'entourage de cette journaliste a confirmé qu'elle avait été hospitalisée vendredi à la suite de la publication par le magazine "people" Closer de photographies donnant consistance à des rumeurs vieilles d'un an.

Selon son cabinet, cette hospitalisation durera le temps qu'il faudra. "Elle a besoin de récupérer après le choc qu'elle a subi. Il lui faut de la tranquillité."

TRIERWEILER "SONNÉE"

Selon le journaliste du Parisien Frédéric Gerschel, qui l'a contactée par téléphone dans la clinique parisienne, Valérie Trierweiler "est très sonnée, apparemment".

"Elle sent qu'il est tout à fait nécessaire d'avoir une clarification car on voit maintenant que le débat est un peu politique", a-t-il déclaré à RTL.

"Il y a aussi un aspect argent public", a ajouté Frédéric Gerschel. "Il est clair que si elle n'est plus Première dame, elle a tout à fait conscience qu'elle ne peut pas continuer à avoir un cabinet à l'Elysée."

Selon l'hebdomadaire Le Point et le journal sur internet Médiapart, l'appartement qui abriterait leurs retrouvailles serait au nom d'un acteur soupçonné de liens avec la bande corse dite de la "Brise de mer".

Le Monde paru lundi affirme que ce n'est pas le cas, même si cet homme y aurait habité, et le ministre de l'Intérieur Manuel Valls déclare dans le quotidien n'avoir découvert que dimanche les détails de l'affaire, notamment sur l'aspect sécuritaire.

"Dans cette affaire, la sécurité du président n'a jamais été menacée, déclare-t-il. "Je n'ai pas à être au courant des déplacements du président. S'il décide d'aller dans un endroit, c'est de sa responsabilité."

Tous les analystes politiques s'accordent à estimer que les révélations de Closer et leurs suites pèseront lourdement sur la conférence de presse que François Hollande doit donner mardi.

Le chef de l'Etat devait la consacrer à l'explication du nouveau tour qu'il entend donner à sa politique économique, avec notamment la promesse d'un "pacte" avec les entreprises prévoyant des baisses de charges contre des embauches.

Plusieurs centaines de journalistes se sont fait accréditer et personne ne doute que la question de ses relations avec Julie Gayet et des suites qu'il entend leur donner sera posée.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.