Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'affaire Gayet affecte peu l'image de Hollande, selon Ifop

Reuters12/01/2014 à 14:20

L'AFFAIRE HOLLANDE-GAYET N'A PAS D'IMPACT SUR L'OPINION, SELON IFOP

PARIS (Reuters) - La médiatisation de la liaison supposée entre François Hollande et la comédienne Julie Gayet a peu d'impact pour l'instant sur l'image du chef de l'Etat, selon un sondage Ifop pour le Journal du dimanche (JDD).

En effet, 84% des personnes interrogées répondent que l'opinion qu'elles ont du chef de l'Etat n'a pas changé après l'article du magazine Closer, tandis que 13% disent qu'elle a changé en mal et 3% en bien.

Plus des trois quarts (77%) des Français estiment qu'il s'agit d'une "affaire privée qui ne concerne que François Hollande" et 23% qu'il s'agit d'une "affaire publique, la vie privée du président concernant tous les Français".

"Pour l'instant, les révélations sur sa liaison avec Julie Gayet n'ont pas d'effet sur l'opinion. En fait, il est tellement impopulaire que ça ne change rien", analyse Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop.

Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion du même institut, souligne néanmoins que toute la communication élyséenne risque "d'être parasitée par cette affaire" alors que François Hollande donnera une conférence de presse mardi.

Il a ajouté sur BFM-TV qu'à terme, cette affaire pourrait accréditer l'idée que François Hollande manque de "stature présidentielle" et dégrader un peu plus son image.

François Hollande a "déploré profondément les atteintes au respect de la vie privée" auquel il estime avoir droit, "comme tout citoyen", et a dit "examiner les suites, y compris judiciaires", à donner à la parution de Closer.

Pour la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, le sondage Ifop montre que "les Français semblent partager" cette opinion.

"J'estime que nous devons continuer à préserver cette frontière entre ce qui relève de la vie privée et ce qui relève de la vie publique des personnalités politiques", a-t-elle déclaré dimanche sur France 3.

Najat Vallaud-Belkacem s'est félicitée d'une "forme d'unanimité dans la classe politique pour continuer à préserver cette frontière".

Néanmoins quelques responsables politiques ont déploré la "légèreté" du chef de l'Etat qui n'aura d'autre choix, selon eux, que de clarifier sa situation.

François Hollande vit depuis le milieu des années 2000 avec la journaliste Valérie Trierweiler, qui accompagne le chef de l'Etat lors de nombreux voyages à l'étranger et possède un bureau à l'Elysée.

"François Hollande a sous-estimé le risque médiatique qu'il prenait avec une légèreté qui n'est pas digne", dit l'ancienne ministre et sénatrice UDI Chantal Jouanno dans le JDD.

L'élue regrette que le chef de l'Etat perde du temps à organiser "ce type de rendez-vous galant alors que, vu la situation difficile de la France, il devrait être à 200% au boulot".

Confronté à une impopularité record après vingt mois au pouvoir, François Hollande compte sur la conférence de presse de mardi pour rebondir après une fin d'année marquée, sur le plan intérieur, par des résultats peu convaincants sur le front du chômage, première préoccupation des Français.

Le sondage Ifop a été réalisé par téléphone les 10 et 11 janvier auprès d'un échantillon de 1.025 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

Gérard Bon


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.