Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'administration Obama dément tout versement de rançon à l'Iran

Reuters04/08/2016 à 07:51
    WASHINGTON, 4 août (Reuters) - L'administration américaine a 
démenti mercredi avoir versé à l'Iran une rançon de 400 millions 
de dollars en échange de la libération de cinq Américains, dont 
le journaliste du Washington Post Jason Rezaian, libérés le 16 
janvier. 
    Ce versement, précise l'administration Obama, correspond au 
règlement d'un contentieux entre les Etats-Unis et l'Iran 
remontant à une période antérieure à la révolution de 1979 et 
l'instauration d'une république islamique. 
    "Les liens entre la libération de prisonniers et le paiement 
à l'Iran sont totalement faux", a déclaré le porte-parole du 
département d'Etat, John Kirby, en réponse à un article du Wall 
Street Journal révélant ce transfert de fonds. 
    A la Maison blanche, le porte-parole de la présidence, Josh 
Earnest, a souligné que "les Etats-Unis, sous la présidence 
d'Obama, n'ont pas versé de rançon pour obtenir la libération 
d'Américains injustement détenus en Iran". "Nous ne paierons pas 
de rançon", a-t-il ajouté. 
    La libération des cinq prisonniers américains a coïncidé 
avec l'annonce d'une levée des sanctions économiques et 
financières imposées à l'Iran en riposte à son programme 
nucléaire.   
    En échange, les Etats-Unis se sont engagés à libérer sept 
Iraniens détenus pour avoir violé ces sanctions. 
    A l'époque, les Etats-Unis avaient annoncé être parvenus à 
un règlement avec l'Iran sur un vieux contentieux portant sur le 
versement de 400 millions de dollars de fonds gelés depuis 1981, 
auxquels s'ajoutent 1,3 milliard de dollars d'intérêts dus à 
Téhéran. 
     
    TRUMP: "$400 MILLIONS EN CASH À L'IRAN. SCANDALE !" 
    Le calendrier de ce versement, et sa coïncidence avec 
l'annonce de la levée de des sanctions et la libération des 
prisonniers, ont suscité des questions.  
    Mais, selon l'administration Obama, l'une des préoccupations 
iraniennes était que le gouvernement fédéral américain 
s'exposerait à une trop forte pression intérieure s'il tardait à 
exécuter cet accord de remboursement. Or, du fait des sanctions 
internationales, le paiement a dû être fait en espèces, en 
l'occurrence des billets libellés en euros, en francs suisses et 
autres devises étrangères. 
    Sur Twitter, Donald Trump y a vu la conséquence du passage 
de son adversaire Hillary Clinton à la tête de la diplomatie 
américaine entre 2009 et 2013. "Notre incompétente secrétaire 
d'Etat Hillary Clinton est celle qui a lancé les discussions 
pour donner 400 millions de dollars en cash à l'Iran. Scandale 
!", a écrit le candidat républicain à l'élection présidentielle 
du 8 novembre. 
    Reince Priebus, du Comité national républicain (RNC), a 
estimé pour sa part que "la politique étrangère menée par Obama 
et Clinton ne signifiait pas seulement concure un accord 
nucléaire dangereux avec le premier Etat parrain du terrorisme 
au monde, mais aussi lui verser une rançon secrète avec des 
avions cargo pleins de cash". 
    Pour Josh Earnest, les républicains, opposés de longue date 
à tout accord sur le nucléaire iranien, se servent de ce mode 
inhabituel de règlement pour tenter de démonter l'accord tout 
entier.     
 
 (avec Doina Chiacu et Susan Heavey; Henri-Pierre André pour le 
service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.