Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'acidification des océans la plus rapide depuis 300 millions?

Reuters02/03/2012 à 10:26

L'ACIDIFICATION DES OCÉANS À UN RYTHME SANS DOUTE SANS ÉQUIVALENT

par Deborah Zabarenko

WASHINGTON (Reuters) - Les océans du globe s'acidifient actuellement à un rythme qui est sans doute sans équivalent depuis 300 millions d'années, ont déclaré jeudi des scientifiques de plusieurs pays.

Lorsqu'elle s'acidifie rapidement, l'eau de mer mine et finit par venir à bout des récifs coraliens, qui fournissent un habitat à d'autres formes animales et végétales. Il devient plus difficile, de même, aux huîtres et aux moules de se doter de coquilles. Cela perturbe aussi le développement des micro-organismes dont se nourrissent les poissons.

Le phénomène inquiète vivement Jane Lubchenco, directrice de l'Administration océanique et atmosphérique nationale des Etats-Unis, qui a procédé à plusieurs exposés sur l'acidification des océans lors d'audiences au Congrès.

Les océans s'acidifient lorsque la présence de carbone augmente dans l'atmosphère. Dans les temps préindustriels, cela se produit périodiquement et naturellement quand des poussées de carbone font augmenter la température moyenne du globe, écrivent des scientifiques.

Cela fut notamment le cas lors d'une très forte émission de carbone survenue voici 56 millions d'années, rappellent des chercheurs, dont les conclusions sont publiées par la revue Science.

Les activités humaines, et notamment les combustibles fossiles, ont fait passer la densité de carbone de 280 parties par million au début de la révolution industrielle à 392 parties par million aujourd'hui.

Afin de se représenter ce qu'a pu être l'acidification des océans pendant la préhistoire, 21 chercheurs américains, britanniques, néerlandais, allemands et espagnols ont étudié des "archives géologiques" de la planète remontant jusqu'à 300 millions d'années, en quête de traces de fortes perturbations climatiques.

Les événements qui semblent analogues à ce qui se passe actuellement correspondent à des extinctions d'espèces, comme lorsque un astéroïde géant a heurté la Terre et provoqué la disparition des dinosaures voici 65 millions d'années.

PLUS VITE QU'IL Y A 56 MILLIONS D'ANNÉES

D'autres extinctions massives sont signalées voici 252 et 201 millions d'années. La période de réchauffement de la Terre voici 56 millions d'années fut elle aussi marquée par une forte acidification des océans.

La période chaude qui dura autour de 5.000 ans voici 56 millions d'années fut vraisemblablement due à des facteurs comme un volcanisme intense.

Pour retracer de tels événements, les chercheurs ont étudié la couche de boue ensevelie sous l'océan Glacial Antarctique, au large du continent Antarctique. Prise en sandwich entre des couches de plancton fossile blanc, la boue marron laisse penser qu'alors, l'océan était si acide que le plancton fossile de cette période de 5.000 ans s'est dissous dans la boue.

Durant cette période-là, la quantité de carbone dans l'atmosphère a doublé et les températures moyennes ont grimpé de près de six degrés Celsius, ont conclu les chercheurs. L'acidité des océans a augmenté de 0,4 pH, sur l'échelle de 14 points de pH pendant ces 5.000 ans, estiment les scientifiques.

Cela s'est fait au rythme de 0,008 pH par siècle.

Il s'agit d'un réchauffement marqué et d'une acidification rapide, mais le phénomène est limité en regard de ce qui se passe sur Terre depuis le début de la Révolution industrielle voici un siècle et demi, déclare l'auteur de l'étude, Bärbel Hönisch, de l'observatoire terrestre Lamont-Doherty à l'université de Columbia.

Par contraste, au XXe siècle, l'acidification des océans a augmenté de 0,1 unité de pH et les auteurs de l'étude pensent que le pH va augmenter de 0,2 à 0,3 d'ici 2100.

Le Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, organisme de l'Onu) estime de son côté que les températures moyennes de la planète pourraient augmenter de 1,8 à 4 degrés Celsius au cours du XXIe siècle.

Eric Faye pour le service français


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.