1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'achat des biens les plus récents au meilleur prix nourrit l'esclavage moderne
Le Monde21/07/2018 à 06:42

Dans une mine de cobalt utilisé pour fabriquer des téléphones portables, près de Lubumbashi en RDC, en 2015.

L'ONG australienne Walk Free Foundation décompte 24,9 millions de personnes contraintes à un travail forcé dans le monde.

En utilisant son téléphone mobile ou en enfilant un tee-shirt, le consommateur occidental, français notamment, se rend peut-être involontairement complice d'un crime grave, celui d'esclavage. Or, l'article 4 de la Déclaration universelle des droits de l'homme adoptée en 1948 par les Nations unies dispose que « nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes ».

Dans le monde, 40,3 millions de personnes sont victimes d'esclavage moderne, selon un rapport publié jeudi 19 juillet par l'ONG australienne Walk Free Foundation, soit 24,9 millions contraints à un travail forcé et 15,4 millions à un mariage forcé. D'après cet « Indice mondial de l'esclavage 2018 », les femmes représentent près de trois quarts (71 %) des individus soumis à cette forme de barbarie, dont la prévalence est plus forte en Afrique (7,6 victimes pour 1 000 personnes), suivie par l'Asie-Pacifique (6,1 pour 1 000).

Si l'on ne tient compte que du mariage forcé, l'Afrique est de loin le continent le plus touché (4,8 victimes pour 1 000), devant l'Asie-Pacifique (2 pour 1 000). A contrario, si l'on se focalise uniquement sur le travail forcé, c'est cette dernière région qui est en tête, avec 4 victimes pour 1 000, contre 3,6 pour 1 000 en Europe et en Asie centrale.

« Les conflits récents créent de nouvelles formes d'esclavage » La Walk Free Foundation, qui travaille depuis deux ans avec l'Organisation internationale du travail (OIT) s...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer