Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'achat de groupes stratégiques soumis au feu vert de l'Etat

Reuters15/05/2014 à 14:02

L'ACHAT DE GROUPES STRATÉGIQUES DÉSORMAIS SOUMIS AU FEU VERT DE L'ÉTAT

par Jean-Baptiste Vey et Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Un groupe étranger voulant prendre le contrôle d'une entreprise française dans les secteurs de l'énergie, des transports, des télécoms, de l'eau ou de la santé devra obtenir l'autorisation de l'Etat, selon un décret publié jeudi sur fond de négociations pour la reprise de la branche énergie d'Alstom.

Avec ce texte, le gouvernement s'invite à la table des discussions sur l'avenir du groupe, qui s'est donné jusqu'à fin mai pour choisir entre l'offre de 12,35 milliards d'euros de General Electric, à laquelle il est favorable mais qui a été jugée inacceptable par François Hollande, et une offre de Siemens qui n'a pas été formellement formulée.

"Avec ce décret, on est armé pour continuer les discussions et les négociations vis-à-vis des deux sociétés qui ont exprimé leur intérêt", a dit une source proche du ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg. (voir)

Par delà Alstom, le texte pourrait concerner un quart des entreprises du CAC 40. Mais la question de la localisation de l'entreprise se pose, le texte de 2005 que modifie ce décret visant celles dont le siège social se trouve en France.

L'autorisation d'une telle prise de contrôle devra être délivrée par le ministre de l'Economie. Un refus empêcherait un rachat et pourrait être contesté devant le Conseil d'Etat.

L'objectif n'est pas d'empêcher les investissements étrangers en France mais de s'assurer que les intérêts stratégiques du pays sont préservés, précise-t-on au ministère de l'Economie.

"Le gouvernement pourra demander des engagements spécifiques ou imposer des conditions à la réalisation des investissements concernés", déclare le ministère dans un communiqué.

Le ministre pourra "subordonner son autorisation à la cession de certains actifs de l'entreprise française visée à une entreprise indépendante de l'investisseur étranger", poursuit-il, en précisant que "ce nouveau dispositif sera naturellement appliqué de manière sélective et proportionnée".

"UN RÉARMEMENT FONDAMENTAL"

Pour le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, "c'est un réarmement fondamental de la puissance publique. La France ne peut pas se contenter de discours quand les autres Etats agissent".

"Nous pouvons désormais bloquer des cessions, exiger des contreparties", ajoute-t-il dans un entretien au quotidien Le Monde, dont des extraits sont publiés sur son site internet.

Son ministère, qui juge le texte parfaitement compatible avec les règles européennes, précise que beaucoup de pays européens possèdent de tels instruments et que le président des Etats-Unis a le pouvoir de bloquer une transaction de ce type et que sa décision ne peut être contestée.

Les investisseurs internationaux savent parfaitement prendre en compte ces contraintes, à l'image des groupes français lorsqu'ils investissent à l'étranger, explique-t-on encore.

Le décret "relatif aux investissements étrangers soumis à autorisation préalable" modifie les règles adoptées en 2005 qui concernaient les entreprises liées à la défense nationale, en ajoutant les cinq nouveaux secteurs.

Sont ainsi cités : l'approvisionnement en électricité, gaz, hydrocarbures ou autre source énergétique, l'approvisionnement en eau, les réseaux et services de transport, les réseaux et services de communications électroniques, la protection de la santé publique et la défense.

(édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.