1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Kofi Annan : un bilan contrasté en Afrique
Le Point19/08/2018 à 09:40

Kofi Annan aura joué à plusieurs reprises un rôle essentiel en Afrique. 

Kofi Annan a été un précurseur. Le premier secrétaire général des Nations unies à venir d'Afrique subsaharienne. Mais, une empreinte terrible demeure dans la carrière de celui qui est mort samedi à 80 ans : le génocide au Rwanda. Comme de nombreux autres responsables, diplomates et ministres des Affaires étrangères, il aura été marqué par l'incapacité de la communauté internationale à prévenir et empêcher le génocide au Rwanda en 1994, qui fit 800 000 morts selon l'ONU, essentiellement parmi la population tutsi.

Kofi Annan a 56 ans et occupe depuis un an le poste de secrétaire général adjoint chargé des opérations de maintien de la paix lorsque les machettes des génocidaires s'abattent sur les Tutsi et Hutu modérés au Rwanda. Une mission de maintien de la paix de l'ONU (Minuar) est déployée au Rwanda au moment du génocide, sous le commandement militaire du général canadien Roméo Dallaire, mais elle n'a pas arrêté les massacres, faute de renforts dont l'envoi nécessitait un vote du Conseil de sécurité.

Pendant que les tueries faisaient rage, les effectifs de la Minuar ont même été réduits. À plusieurs reprises après le génocide, Kofi Annan reconnaîtra que son action a été insuffisante pour prévenir les massacres.

« Regrets amers »

« La communauté internationale n'a pas été à la hauteur au Rwanda et cela devra toujours être pour nous une source de...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer