1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Kiev accuse Moscou après les heurts meurtriers à Kharkiv
Reuters15/03/2014 à 13:34

HEURTS MEURTRIERS À KHARKIV DANS L'EST DE L'UKRAINE

DONETSK Ukraine (Reuters) - Les autorités ukrainiennes ont accusé samedi la Russie d'avoir provoqué une fusillade meurtrière dans la ville de Kharkiv dans la nuit de vendredi à samedi et ont dit craindre que Moscou n'utilise le prétexte de la violence contre les Ukrainiens d'origine russe pour justifier une invasion.

Selon le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsen Avakov, la police a arrêté une trentaine de personnes appartenant aux deux camps qui se sont affrontés.

Deux hommes, âgés de 20 et 31 ans, ont été tuées vendredi soir lors d'un affrontement entre manifestants pro-russes et leurs adversaires. Les deux groupes ont utilisé des armes à feu, a précisé le ministre de l'Intérieur.

A l'approche du référendum prévu dimanche en Crimée sur le rattachement de la péninsule à la Russie, des heurts ont déjà eu lieu dans l'est de l'Ukraine, majoritairement russophone. Un homme a été poignardé à mort jeudi dans la ville de Donetsk.

Serhiy Tarouta, le nouveau gouverneur de la région de Donetsk, a accusé les Russes d'être à l'origine de ces violences et a estimé que les autorités de Kiev n'étaient plus en mesure de contrôler la situation.

Samedi, le ministre de l'Intérieur et le gouverneur de Kharkiv Igor Balouta, ont accusé les pro-russes d'attiser les violences et demandé à la population de ne pas se laisser entraîner dans des représailles. "Les incidents de cette nuit étaient une provocation bien préparée de la part d'activistes pro-russes", a déclaré le gouverneur.

Il a expliqué que des gens dans un minibus avaient délibérément provoqué une dispute avec un groupe qui organisait une manifestation pro-russe avant de redémarrer.

"PROVOCATIONS"

Des militants pro-russes les ont poursuivis et ont retrouvé le fourgon garé près d'un immeuble abritant les bureaux de groupes nationalistes ukrainiens. Et c'est alors que la bataille a commencé.

"Les provocateurs engagés par un pays voisin organisent des provocations professionnelles", a déclaré Arsen Avakov. Le ministre a accusé les partisans du président déchu pro-russe Viktor Ianoukovitch de financer les troubles dans l'est de l'Ukraine, avec l'aide de "forces russes extrémistes".

Le ministre de l'Intérieur a lancé un appel aux Ukrainiens sur Facebook : "Ne les laissez-pas vous manipuler ! Arrêtez cette hystérie (...) On ne joue pas aux petits soldats; il s'agit d'un conflit réel et de la vie réelle de gens."

A Moscou Konstantin Dolgov, responsable des questions de droits de l'homme au ministère russe des Affaires étrangères, a déclaré sur Twitter que les arrestations à Kharkiv de personnes qu'il a décrites comme des "activistes néo-fascistes" devaient être suivies d'une action plus large pour "neutraliser et sanctionner les extrémistes effrénés."

Le ministère russe des Affaires étrangères a répondu à la mort du manifestant jeudi soir à Donetsk en disant que Moscou avait le droit de protéger ses compatriotes en Ukraine bien que l'homme qui est décédé dans cette ville ait été identifié comme un militant d'un parti nationaliste ukrainien d'extrême droite.

Les autorités de Kharkiv ont interdit les rassemblements politiques prévus dans la ville pendant le week-end. Un tribunal à Donetsk, toutefois, a rejeté une interdiction similaire qui avait été demandée par les autorités de la ville.

Le ministre russe des Affaires étrangères a démenti vendredi toute intention de la Russie d'envahir l'Ukraine après les déclarations en ce sens du président ukrainien par intérim.

Au sujet de la crise en Crimée, John Kerry et Sergueï Lavrov, chefs de la diplomatie des Etats-Unis et de la Russie, ont eu six heures de discussions vendredi à Londres, que l'Américain a qualifiées de "directes et sincères" mais qui n'ont pas permis de déplacer les lignes.

(Pavel Politiouk et Alastair Macdonald; Julien Dury et Danielle Rouquié pour le service français)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dupon666
    15 mars14:59

    faut etre un peu cinglé ou vouloir le chaos pour tenter de maintenir une "democratie" dans un pays aussi divisé....http://petitlien.fr/73w8.....90% POUR à l'ouest et 92% CONTRE à l'est...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer