1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Kevin Cohen : « Un marché unique numérique européen »
Le Monde30/08/2019 à 14:15

Le modèle économique des sites d'e-commerce pousse à l'unification des prix, et donc de la fiscalité à l'échelle de l'Union européenne, explique dans une tribune au « Monde » le spécialiste du secteur Kevin Cohen.

Tribune. Le marché unique est une ambition fondatrice de l'Union européenne (UE). Il doit y permettre la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes. Son fondement théorique est le principe d'efficacité économique : un marché plus grand et sans barrières devrait permettre plus de concurrence et d'innovation, et donc plus de choix et des meilleurs prix pour le consommateur.

De la fin des barrières douanières internes à l'espace Schengen [de libre circulation des citoyens] en passant par l'euro, la mise en place du marché unique est pratiquement achevée. Cependant, une réelle harmonisation des fiscalités européennes (TVA, impôt sur les sociétés...) reste quasiment au point mort. En effet, toute décision européenne en la matière doit se faire à l'unanimité des Etats membres, ce qui est très difficile à obtenir.

Interdire le « geo-blocking » Si des fiscalités disparates sont encore tenables, c'est parce que les effets du marché commun se font attendre. Malgré toutes les avancées législatives, la réalité du commerce intracommunautaire reste modeste : seulement 7 % des PME européennes et 15 % des Européens vendent et achètent en dehors de leur territoire national.

Beaucoup de biens et de services sont par nature locaux, mais d'autres échanges peuvent mieux se prêter à une dimension transnationale : les biens immatériels et les achats en ligne. Pour tenter d'accélérer leur développement, la Commission européenne s'est fixée en 2014 un nouvel objecti...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer