Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Kerry à Sotchi pour tester Poutine sur l'Ukraine et la Syrie

Reuters12/05/2015 à 17:26

par Arshad Mohammed et Denis Dyomkin SOTCHI, Russie, 12 mai (Reuters) - John Kerry a rencontré mardi à Sotchi Vladimir Poutine, dans l'intention de tester sa souplesse dans le conflit ukrainien ainsi que dans son soutien au régime du président syrien Bachar al Assad. Avant d'entamer son entretien avec le président russe, le secrétaire d'Etat américain avait été reçu par le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov, avec qui il a discuté pendant plus de quatre heures. Le secrétaire d'Etat américain effectue là la visite de plus haut rang d'un responsable américain depuis le début des grandes manifestations en Ukraine fin 2013, qui ont débouché sur la chute du président Viktor Ianoukovitch et précédé le conflit séparatiste dans l'Est. Si John Kerry devait aborder différents dossiers comme les négociations sur le nucléaire iranien, le Yémen ou la Libye, son déplacement à Sotchi vise avant tout à maintenir le contact avec les Russes au moment où les relations entre Washington et Moscou n'ont jamais été aussi mal en point depuis la fin de la guerre froide. "Il est important pour nous de maintenir ces canaux de communication. Il est important d'essayer de parler à l'autorité suprême", a dit un responsable du département d'Etat aux journalistes accompagnant John Kerry. "Il y a beaucoup de choses à accomplir ensemble s'ils manifestent de l'intérêt à cela", a dit ce responsable, sous le couvert de l'anonymat. Le porte-parole de la présidence russe, Dmitry Peskov, a estimé que cette rencontre était une avancée dans les relations. PARLER DU NUCLEAIRE IRANIEN "Par le dialogue, il est possible de trouver le moyen de normaliser la situation, d'accroître la coordination sur les problèmes internationaux", a-t-il dit avant le début de la rencontre Kerry-Poutine. "La Russie n'a jamais été à l'origine du refroidissement des relations", a-t-il assuré. Les relations bilatérales se sont détériorées notamment depuis mars 2014, quand la Russie a annexé la péninsule de Crimée, qui était ukrainienne depuis 1954. Moscou, de son côté, accuse Washington d'avoir orchestré la chute du président pro-russe Ianoukovitch et favorisé l'avènement de nouveaux dirigeants pro-occidentaux. Depuis la conclusion des accords de Minsk II, à la mi-février, Washington reproche aux Russes de ne pas avoir retiré de l'est de l'Ukraine leur matériel lourd, comme des batteries antiaériennes, des chars et de l'artillerie. S'il n'y a pas actuellement de signes manifestes d'une évolution de la position russe dans les dossiers ukrainiens et syriens, les autorités américaines espèrent que les récents revers militaires de l'armée syrienne pourraient conduire Moscou, allié au régime de Bachar al Assad, à changer d'attitude. Les insurgés syriens se sont emparés en avril de la ville de Djisr al Choughour, dans le nord-ouest de la Syrie, un mois après avoir pris celle d'Idlib, dans la même province. L'entourage de John Kerry estime en outre qu'il était important de rencontrer Poutine pour discuter de l'état d'avancement des négociations sur le nucléaire iranien, qui visent à trouver un accord définitif au plus tard le 30 juin, dans la foulée de l'accord-cadre conclu le 2 avril. (Eric Faye pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.