Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Kenya: des milliers de jeunes dans la rue contre les projets de nouvelles taxes
information fournie par AFP 20/06/2024 à 21:04

Manifestation contre le projet de budget du gouvernement, le 20 juin 2024 à Nairobi, au Kenya ( AFP / LUIS TATO )

Manifestation contre le projet de budget du gouvernement, le 20 juin 2024 à Nairobi, au Kenya ( AFP / LUIS TATO )

Sifflets à la bouche et smartphones en main, des milliers de jeunes Kényans ont manifesté jeudi à travers le pays contre le projet de budget du gouvernement, actuellement débattu au Parlement, qui prévoit l'instauration de nouvelles taxes.

Deux jours après une première manifestation de quelques centaines de personnes dans la capitale Nairobi, la mobilisation de la "génération Z" kényane s'est étendue à travers le pays, dans le cadre d'un mouvement inédit lancé à peine une semaine plus tôt sur les réseaux sociaux, hors de tout cadre politique.

Baptisé "Occupy Parliament" ("Occuper le Parlement"), il a cristallisé autour du mot-dièse #RejectFinanceBill2024 l'opposition au projet gouvernemental de créer notamment une TVA de 16% sur le pain et une taxe annuelle de 2,5% sur les véhicules particuliers, pour financer le budget 2024-25.

Face au mécontentement croissant, le gouvernement du président William Ruto avait annoncé mardi retirer la plupart des mesures fiscales prévues dans le texte, qui doit être voté au parlement avant le 30 juin.

Mais les manifestants demandent son retrait intégral.

Jeudi, des cortèges ont défilé, au son des sifflets et vuvuzelas, dans les bastions de l'opposition à Mombasa (est) et Kisumu (ouest), à Eldoret (ouest) dans la vallée du Rift d'où est originaire le président, ou encore dans les villes de Nanyuki (centre), Nakuru (centre), Nyeri (centre), Kisii (sud-ouest)...

Manifestation contre le projet de budget du gouvernement, le 20 juin 2024 à Nairobi, au Kenya ( AFP / LUIS TATO )

Manifestation contre le projet de budget du gouvernement, le 20 juin 2024 à Nairobi, au Kenya ( AFP / LUIS TATO )

A Nairobi, la manifestation, qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes selon un journaliste de l'AFP, a été émaillée de quelques heurts, tandis que des pneus et du mobilier urbain ont été brûlés.

Plusieurs organisations, dont Amnesty International Kenya, ont affirmé dans un communiqué qu'au moins 135 personnes ont été arrêtées à travers le pays, et au moins 200 blessées dans la capitale Nairobi.

Sur X, la Croix-Rouge kényane a affirmé que 8 se trouvaient dans un état grave.

La tension était cependant moindre que lors des manifestations contre la vie chère organisées l'an dernier par l'opposition et qui avaient donné lieu à des affrontements meurtriers et des pillages.

Aucun chiffre de mobilisation n'est disponible lors de manifestations au Kenya.

- "La voix du peuple" -

Dans la capitale, les jeunes manifestants ont défié des heures durant, avec chants et danses provocatrices, les tirs de gaz lacrymogène et de canons à eau de la police. Sans jamais lâcher leurs smartphones pour faire des selfies ou diffuser en direct sur les réseaux sociaux.

Heurts entre policiers et manifestants, le 20 juin 2024 à Nairobi, au Kenya ( AFP / LUIS TATO )

Heurts entre policiers et manifestants, le 20 juin 2024 à Nairobi, au Kenya ( AFP / LUIS TATO )

"En tant que +Génération Z+, nous sommes la voix du peuple. C'est quelque chose auquel ils (le gouvernement) ne sont pas habitués", lance Margaret, 23 ans, diplômée et sans emploi.

"Ces taxes (...) n'ont aucun sens. Nous sommes juste fatigués qu'on nous mente", lâche-t-elle. "Nous voulons que le gouvernement nous entende".

Etudiante de 22 ans, Bella se méfie du gouvernement. "Ils essaient de nous mentir, les taxes qu'ils ont supprimées sur le pain, ils les ont ajoutées ailleurs", estime-t-elle.

"On est en train de mourir, on ne peut pas faire trois repas par jour. Que nous apporte-t-il de bon? Pourquoi devrions-nous le respecter? Ruto devrait partir", lance Jack Ouma, 28 ans, dans la ville de Kisumu.

Pour compenser les annonces de mardi, le gouvernement envisage désormais d'augmenter les taxes sur les carburants et les produits exportés.

Selon les opposants, cela risque de renchérir le coût de la vie, déjà touché par les hausses l'an dernier de l'impôt sur le revenu et des cotisations santé et le doublement de la TVA sur l'essence.

A travers le pays, les manifestants comparent le chef de l'Etat - fervent évangéliste qui s'est fait élire en août 2022 en promettant de défendre les plus modestes - à Zakayo (Zachée en swahili), figure biblique du collecteur d'impôts.

La police utilise un canon à eau contre des manifestants, le 20 juin 2024 à Nairobi, au Kenya ( AFP / LUIS TATO )

La police utilise un canon à eau contre des manifestants, le 20 juin 2024 à Nairobi, au Kenya ( AFP / LUIS TATO )

Au Parlement, les débats sur le budget se sont poursuivis jeudi en session extraordinaire. Une source parlementaire a indiqué à l'AFP que le vote final était pour l'instant prévu le 27 juin.

Pour le gouvernement, cette nouvelle ponction fiscale est nécessaire pour redonner des marges de manoeuvre au pays, lourdement endetté.

Le Kenya, l'une des économies les plus dynamiques d'Afrique de l'Est, a enregistré en mai une inflation de 5,1% sur un an, avec une hausse des prix des produits alimentaires et des carburants respectivement de 6,2% et 7,8%, selon la Banque centrale.

1 commentaire

  • 20 juin 20:10

    Bravo à mes amis Kényans qui se battent contre de nouvelles taxes. Ils ne sont pas encore intoxiqués par le communisme.


Signaler le commentaire

Fermer