1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Kazakhstan: le successeur désigné élu à l'issue d'un scrutin critiqué
AFP10/06/2019 à 16:57

Le nouveau président kazakh Kassym-Jomart Tokayev s'adresse aux journalistes lors d'une conférence de presse à Nur-Sultan ( AFP / Vyacheslav OSELEDKO )

Successeur désigné de l'homme fort du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev a été élu président avec 70,8% des voix lors d'un vote marqué par des centaines d'arrestations de manifestants et, selon les observateurs, "un respect insuffisant des normes démocratiques".

Ce résultat conclut une opération soigneusement orchestrée de transition menée depuis la démission surprise en mars de Noursoultan Nazarbaïev, qui a dirigé sans partage ce pays d'Asie centrale depuis son indépendance en 1991. La mécanique en apparence bien huilée du scénario a cependant connu des ratés avec les plus importantes manifestations organisées depuis trois ans dans ce pays dirigé d'une main de fer, réprimées par la police.

Une opposante interpellée par la police à Almaty au Kazakhstan le 10 juin 2019 ( AFP / Ruslan PRYANIKOV )

Au total, "environ 500" personnes ont été interpellées dimanche, selon le vice-ministre de l'Intérieur Marat Kojaïev, qui en a rejeté la faute sur des "éléments radicaux" ayant organisé des "manifestations non autorisées".

Un journaliste de l'AFP a assisté à de nouvelles arrestations lundi dans la capitale Nur-Sultan.

Les observateurs internationaux ont estimé lundi que le pouvoir avait raté "un moment important pour la société kazakhe", dénonçant "un respect insuffisant des normes démocratiques" avec une campagne laissant peu de place à la critique du pouvoir et des "irrégularités généralisées" le jour du scrutin.

Des policiers arrêtent des manifestants de l'opposition au Kazakhstan le 9 juin 2019, pendant l'élection présidentielle qui a vu sans surprise la victoire du candidat du pouvoir ( AFP / VYACHESLAV OSELEDKO )

"Un décompte honnête n'a pas pu être garanti", constate la mission menée par l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) dans son rapport.

A la télévision lundi, M. Tokaïev a cependant assuré que l'élection avait été pluraliste: "Cela montre que notre niveau de culture politique s'est sérieusement renforcé". Il a également "remercié" les forces de l'ordre, soulignant que trois policiers ont été blessés lors des manifestations.

Le président russe Vladimir Poutine, proche allié du Kazakhstan, a félicité son homologue par téléphone, selon un communiqué du Kremlin.

M. Tokaïev, diplomate de carrière de 66 ans, a d'ores et déjà prévenu qu'il se placerait dans la continuité de son mentor, qui conserve un rôle politique majeur et en l'honneur duquel la capitale a récemment été renommée Nur-Sultan.

Le taux de participation s'est établi à 77,4%, selon la Commission électorale centrale.

- Agitation sociale -

Avec 16,2% des voix, Amirjan Kossanov obtient le meilleur score jamais réalisé par un opposant dans une élection présidentielle kazakhe. Première femme à se présenter à une présidentielle, Daniya Yespayeva a recueilli 5,2% des voix.

Heurts entre policiers et opposants lors d'un rassemblement, le 9 juin 2019 à Nur-Sultan, au Kazakhstan ( AFP / VYACHESLAV OSELEDKO )

Aïgoul Eskaraïeva, une retraitée de 60 ans, a expliqué lundi à l'AFP ne pas avoir voté pour des élections "qui ne servent à rien". "Mais j'ai apprécié de pouvoir utiliser gratuitement les transports en commun toute la journée dimanche", a-t-elle ajouté.

Depuis la démission de Noursoultan Nazarbaïev, le Kazakhstan est traversé par une agitation sociale qui a provoqué un raidissement des autorités. L'opposant le plus virulent au régime, un ancien banquier en exil, Moukhtar Abliazov, avait appelé à des manifestations dimanche.

Kassym-Jomart Tokaïev a occupé de nombreux postes au sommet de l'Etat kazakh, de Premier ministre à ministre des Affaires étrangères et président du Sénat, le poste qu'il occupait quand Noursoultan Nazarbaïev a annoncé son départ.

S'il a remporté son pari, au terme d'une campagne où il a pu bénéficier du soutien de tout l'appareil d'Etat, il ne réitère pas les scores stratosphériques de son prédécesseur. En 2015, pour son cinquième et dernier mandat, Noursoultan Nazarbaïev avait obtenu presque 98% des voix et le taux de participation était de 95%.

Ses victoires électorales n'ont jamais été reconnues comme libres et justes par les observateurs internationaux.

"Je pense qu'en trente ans, nous avons eu quelques succès. Il y a eu du négatif aussi, mais ça existe dans tous les pays", a déclaré à l'AFP Marat Sagyndykov, un retraité de 65 ans affirmant qu'il allait voter "pour poursuivre le chemin du Leader de la Nation", le titre officiel de Noursoultan Nazarbaïev.

L'investiture de M. Tokaïev doit avoir lieu mercredi.

dr-cr-pop/smt

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer