Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Karadzic accusé d'avoir été l'artisan du génocide en Bosnie

Reuters29/09/2014 à 15:37

par Thomas Escritt LA HAYE,29 septembre (Reuters) - L'ancien président des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, est responsable de l'épuration ethnique en Bosnie pendant la guerre de 1992-1995, a déclaré lundi le procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye. Le parquet, qui avait présenté vendredi un résumé de ses conclusions et requis la réclusion à perpétuité pour l'ancien dirigeant de la Republika Srpska, a commencé à présenter lundi son réquisitoire dans le détail à l'issue de quatre années d'enquête. "Après des centaines de témoignages, 80.000 pages de transcriptions et 10.000 pièces à conviction, la politique de nettoyage ethnique est désormais mise au jour. Et Karadzic en a été l'artisan", a déclaré le procureur Alan Tieger. Radovan Karadzic, aujourd'hui âgé de 69 ans, est jugé pour génocide concernant la mort de plus de 8.000 hommes musulmans de Srebrenica, adultes et enfants, abattus par les forces serbes qui les avaient regroupés sur un site avant de les exterminer. Celui qui fut une des figures de la guerre de Bosnie est également jugé pour le siège de Sarajevo, qui a duré près de quatre ans et fait plus de 5.000 morts parmi la population civile. La guerre de Bosnie (1992-1995) a fait au total quelque 100.000 morts. "(Il y a eu) des milliers de personnes tuées, des centaines de villes détruites, des masses déplacées par la forces", a déclaré le procureur. Radovan Karadzic, a-t-il accusé, a utilisé la violence et la terreur pour créer un Etat sécessionniste au sein de la Bosnie multi-ethnique, quelques jours avant que le pays ne déclare son indépendance de la Yougoslavie. "TUEZ-NOUS" "Tout en sachant que la mort les attendait, beaucoup parmi les hommes avaient si soif qu'ils criaient : 'donnez-nous à boire et ensuite tuez-nous'; on leur a ordonné de sortir des camions par groupes de cinq, de s'allonger par terre et on les a ensuite tués", a déclaré Alan Tieger, décrivant un des massacres. Les proches des victimes s'étaient rassemblés dans la galerie réservée au public. Pour eux, les crimes décrits devant le TPIY ne sont que la partie émergée de l'iceberg. "Le procureur a dit beaucoup de bonnes choses, mais je crois que des choses pires encore se sont passées", a déclaré Munira Subasic, présidente du groupe des Mères de Srebrenica. Depuis son installation par le Conseil de sécurité des Nations unies en 1993, le TPIY a poursuivi 112 suspects. Il est en train d'achever sa mission. Radovan Karadzic est l'un des quatre suspects, avec le chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, encore dans le box des accusés. Il y a eu seulement sept condamnations à la réclusion à perpétuité depuis le début des procès. L'ancien président serbe Slobodan Milosevic est mort en 2006 avant la fin de son procès. Karadzic, qui se présente sans avocat, présentera les arguments pour sa défense mercredi. Il rejette l'autorité du TPIY qu'il accuse d'être un instrument de l'Otan, dont les frappes aériennes avaient mis fin à la guerre de Bosnie. Il affirme ne pas avoir été responsable des personnes qui ont ordonné les massacres. C'est faux, estime le procureur. "Il y avait une chaîne de commandement qui allait des présidents des municipalités jusqu'à Karadzic", a déclaré Alan Tieger. "Quand certains sur le terrain, dans les municipalités, désobéissaient aux ordres de Pale (déclarée en 1992 capitale de la République serbe de Bosnie), certains étaient démis de leurs fonctions ou soumis à une procédure disciplinaire connue sous le nom de 'repassage'", a déclaré Alan Tieger. Radovan Karadzic a été formellement inculpé en 1995, peu après la fin de la guerre. En fuite pendant plus d'une décennie, il a finalement été arrêté en 2008 à Belgrade, la capitale serbe, où il vivait caché sous un nom d'emprunt. (Danielle Rouquié pour le service français; édité par Henri-Pierre André)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.