Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Karabakh: au moins 24 morts en une journée, le monde appelle à la fin des combats
AFP28/09/2020 à 03:32

Des Arméniens volontaires pour partir au front se rassemblent à Erevan, le 27 septembre 2020 ( AFP / Karen MINASYAN )

Des Arméniens volontaires pour partir au front se rassemblent à Erevan, le 27 septembre 2020 ( AFP / Karen MINASYAN )

L'Arménie et l'Azerbaïdjan étaient au bord de la guerre dimanche, de nouveaux combats dans la région séparatiste azerbaïdjanaise du Nagorny Karabakh, soutenue par Erevan, ayant fait au moins 24 morts, une escalade qui suscite l'inquiétude internationale.

Alors que Moscou livre des armes aux deux pays et fait office d'arbitre régional, le président Vladimir Poutine a appelé à "éviter une escalade" et à "mettre fin aux hostilités", les pires dans cette zone disputée depuis avril 2016, lorsque 110 personnes avaient été tuées.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a également appelé "à cesser immédiatement les combats (...) et revenir sans délai à des négociations significatives". 

Il entend s'entretenir avec le président azerbaïdjanais Ilham Aliev et le Premier ministre arménien Nikol Pachinian.

Washington a dans la foulée appelé les deux parties à "cesser immédiatement les hostilités". De son côté, le président français Emmanuel Macron a fait part dimanche de sa "vive préoccupation" et "a appelé fermement à la cessation immédiate des hostilités".

Les belligérants se rejettent la responsabilité des combats. M. Pachinian a accusé son ennemi historique d'avoir "déclaré la guerre au peuple arménien" en attaquant le Nagorny Karabakh, région séparatiste en Azerbaïdjan, peuplée majoritairement d'Arméniens et qui échappe au contrôle de Bakou depuis la chute de l'URSS. 

Ilham Aliev a lui dénoncé une "agression" arménienne qu'il a promis de "vaincre".

Les deux camps échangent depuis le matin des tirs d'artilleries, ont déployé des blindés et l'Azerbaïdjan a procédé à des bombardements aériens. 

Les autorités du Karabakh ont reconnu avoir perdu 17 soldats et plus d'une centaine d'autres ont été blessés. Deux civils ont également été tués.

Bakou n'a pas publié de bilan pour ses militaires, mais a fait état de la mort d'une famille azerbaïdjanaise de cinq personnes.

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a assuré avoir conquis une demi-douzaine de villages sous contrôle arménien, des informations démenties par Erevan. Bakou a également revendiqué la prise d'une hauteur stratégique.

Le président de la république autoproclamée du Karabakh, Araïk Haroutiounian, a néanmoins admis que "des positions ont été perdues".

Le ministère arménien de la Défense, a lui assuré qu'"environ 200 militaires azerbaïdjanais sont morts". Ces affirmations étaient invérifiables de source indépendante. 

- Tensions régionales -

Un conflit majeur impliquant l'Azerbaïdjan, proche d'Ankara, et l'Arménie, proche de Moscou, pourrait entraîner l'intervention des puissances rivales dans la région du Caucase, la Russie et la Turquie. Les affrontements autour du Nagorny Karabakh nourrissent les tensions régionales depuis plus de trente ans.

Des Arméniens volontaires pour partir au front se rassemblent à Erevan, le 27 septembre 2020 ( AFP / Karen MINASYAN )

Des Arméniens volontaires pour partir au front se rassemblent à Erevan, le 27 septembre 2020 ( AFP / Karen MINASYAN )

Le Premier ministre arménien a dénoncé dès dimanche une "ingérence" turque dans le conflit, le président Recep Tayyip Erdogan ayant promis d'aider Bakou "avec tous (ses) moyens" face à "l'agression" de l'Arménie.

Les séparatistes ont également accusé Ankara d'avoir fourni armes et mercenaires.

Dans la foulée de Moscou, la France, médiatrice du conflit avec la Russie et les Etats-Unis dans le cadre du Groupe de Minsk, a appelé à cesser les hostilités, de même que Bruxelles et Berlin.

Aucun camp n'a donné d'explication détaillée pour cette flambée de violence, chacun affirmant avoir répliqué aux provocations de l'autre.

Les deux camps diffusaient par ailleurs des images des destructions infligées à l'ennemi: chars azerbaïdjanais en feu, missile frappant des engins arméniens...

Carte localisant en Azerbaïdjan la région séparatiste du Nagorny Karabakh ( AFP /  )

Carte localisant en Azerbaïdjan la région séparatiste du Nagorny Karabakh ( AFP / )

Les deux pays ont aussi déclaré la loi martiale, Erevan décrétant même la mobilisation générale. A Bakou et dans d'autres grandes villes azerbaïdjanaises, un couvre-feu nocturne a été ordonné. 

Dans le centre de la capitale arménienne, plusieurs dizaines de volontaires se sont rassemblés dimanche après-midi pour partir au front. Les autorités leur remettaient des uniformes avant de les conduire vers la zone de conflit quelque 300 km à l'est.

"Nous nous attendions à ce que l'Azerbaïdjan commence une guerre (...) ils en parlaient tout le temps avec leur rhétorique guerrière. Et nous on s'est rassemblé ici pour aider, aller soutenir notre armée", a raconté l'un des volontaires, Grigor Barekian, 29 ans.

- Un "conflit négligé" -

Le Nagorny Karabakh a été le théâtre d'une guerre au début des années 1990 qui a fait 30.000 morts. Depuis lors, Bakou veut en reprendre le contrôle, tandis que les pourparlers de paix sont paralysés depuis des années.

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian s'adresse au Parlement à Erevan, le 27 septembre 2020 ( press service of Armenia's government / Handout )

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian s'adresse au Parlement à Erevan, le 27 septembre 2020 ( press service of Armenia's government / Handout )

Des heurts y éclatent régulièrement mais rarement d'une telle ampleur. En 2016, des heurts avaient failli dégénérer en guerre. 

Des affrontements meurtriers ont aussi opposé en juillet 2020 Arméniens et Azerbaïdjanais. 

Olesya Vartanyan, experte du International Crisis Group, a estimé que cette nouvelle escalade s'expliquait notamment par l'absence de médiation internationale  malgré la crise de l'été.

"Depuis le coronavirus, le conflit a été négligé (...) même après les affrontements de juillet", a-t-elle regretté. 

bur-rco/alf/cn/ob 

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • nayara10
    27 septembre17:54

    Et le pétrole de l'Azerbaïdjan une promenade comme en Syrie ????...Surtout que les Yankees n'on pas le droit à la Mer Caspienne un aubaine me diriez-vous ...Et on avance ....

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer