Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Journée de la dernière chance pour Petroplus

Reuters05/02/2013 à 17:19

DERNIER JOUR POUR LE DÉPÔT D'OFFRES DE REPRISE DE LA RAFFINERIE PETROPLUS DE PETIT-COURONNE

ROUEN (Reuters) - Les 470 salariés de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, en Seine-Maritime, sont suspendus mardi au dépôt d'offres de reprise de leur groupe devant le tribunal de Rouen, un dossier emblématique suivi de près par le gouvernement français.

Les chances de trouver un repreneur pour cette raffinerie, à l'arrêt depuis janvier 2012 après le dépôt de bilan de son propriétaire Petroplus, sont toutefois limitées, estiment les services du Premier ministre, qui ont rencontré l'intersyndicale lundi soir.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a fait valoir pour sa part que l'Etat était prêt à mettre de l'argent dans cet équipement, devenu symbolique des difficultés de l'industrie française.

"Pour reprendre une raffinerie de cette envergure, il faut deux choses : beaucoup d'argent et du pétrole. Nous sommes disponibles pour accompagner un offreur, nous l'avons dit à tous ceux qui se sont présentés", a-t-il déclaré sur RTL, précisant attendre plusieurs propositions.

Lors de la dernière audition début novembre, une seule offre ferme, de la société NetOil, qui dit avoir obtenu un accord avec le pétrolier BP, et six lettres d'intention avaient été déposées auprès du tribunal de commerce de Rouen.

Selon l'intersyndicale, NetOil est toujours candidat au rachat et de nombreuses sociétés se seraient dites intéressées, parmi lesquelles une société iranienne, frappée par des sanctions internationales mais qui "aurait tout pour plaire".

"Ce sont des raffineurs, ils ont du pétrole et de l'argent", estime Yvon Scornet, porte-parole de l'intersyndicale.

Concernant la fourniture de pétrole à raffiner, Arnaud Montebourg a assuré que la piste libyenne, un temps évoquée, était sérieuse.

"Elle l'a toujours été", a-t-il dit, ajoutant que les pays producteurs de pétrole ont intérêt aujourd'hui à se positionner sur le marché européen.

UN PLAN SOCIAL ÉVOQUÉ

L'heure limite pour le dépôt des offres est fixée à 17h00 ce mardi. Les administrateurs provisoires annonceront leur décision mercredi, lors d'un comité d'entreprise extraordinaire.

Si un ou plusieurs dossiers sont jugés recevables, une audience de cession pourra se tenir au tribunal de commerce "dans un délai de trois ou quatre semaines", a précisé Yvon Scornet. Dans le cas contraire, la raffinerie sera mise en cessation d¹activité à la date fixée préalablement par le tribunal, soit le 16 avril.

Arnaud Montebourg a précisé que si l'Etat participait à la reprise de cette raffinerie, ce serait "de façon minoritaire".

Les perspectives de reprise étant limitées, le financement d'un plan social a été évoqué, indiquait-on lundi à Matignon.

Une source proche du dossier le confirmait mardi. "Hier soir, il n'y avait pas d'offre ferme et définitive, avec un 'business plan', un plan de financement, etc. Il y a encore des discussions, des repreneurs qui travaillent. Ce n'est pas définitif", a souligné cette source.

S'il y avait une offre de reprise, l'Etat pourrait intervenir via le Fonds stratégique d'investissement (FSI) "pour boucler le plan de financement", explique-t-on. "Arnaud Montebourg a rappelé la disponibilité de l'Etat à faire cela. En l'état des offres, cette demande n'a pas été faite."

Petit-Couronne est l'une des huit raffineries françaises qui fournissent une partie des 50 millions de mètres cubes de carburant consommés chaque année en France, selon l'Ufip (Union française des industries pétrolières).

Secteur stratégique, le raffinage français est en crise depuis des années, cumulant des marges peu élevées à une faible demande et à une surcapacité de production d'essence, dans un pays où le diesel représente 80% de la consommation de carburant.

Marc Parrad, avec Elizabeth Pineau, Emmanuel Jarry et Marion Douet à Paris, édité par Sophie Louet

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.