Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Johnson qualifie d'"indestructible" la relation avec les Etats-Unis
AFP11/06/2021 à 08:06

Le Premier ministre britannique Boris Johnson (g) et le président américain Joe Biden lors d'une rencontre avant le sommet du G7, le 10 juin 2021 à Carbis Bay, dans les Cornouailles ( AFP / Brendan Smialowski )

Le Premier ministre britannique Boris Johnson (g) et le président américain Joe Biden lors d'une rencontre avant le sommet du G7, le 10 juin 2021 à Carbis Bay, dans les Cornouailles ( AFP / Brendan Smialowski )

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a qualifié d'"indestructible" la relation entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis, après sa première rencontre jeudi avec le président américain Joe Biden avant le sommet des dirigeants du G7 qui s'ouvre vendredi.

"Il s'agit d'une relation, que vous pouvez appeler la relation profonde et significative, comme vous voulez, la relation indestructible", "c'est une relation qui dure depuis très longtemps et qui a joué un rôle important dans la paix et la prospérité en Europe et dans le monde", a déclaré Boris Johnson dans une interview diffusée vendredi matin par la BBC.

Lors de leur tête-à-tête jeudi, les deux dirigeants ont abordé "25 sujets" en détail, parmi lesquels les perturbations induites par le Brexit en Irlande du Nord.

Boris Johnson a minimisé le mécontentement de Joe Biden, fier de ses origines irlandaises, au sujet des tentatives de Londres de revenir sur le "protocole nord-irlandais", qui évite le retour d'une frontière avec l'Irlande mais perturbe les approvisionnements entre la Grande-Bretagne et la province nord-irlandaise.

Que ce soit lui, l'Union européenne, Washington, "tout le monde a un intérêt énorme à s'assurer que nous gardons la symétrie essentielle de l'accord du vendredi saint", qui a mis fin en 1998 à trois décennies de conflit sanglant entre loyalistes, attachés à la couronne britannique, et républicains favorables à la réunification de l'île.

"Je pense qu'on peut y arriver", a assuré Boris Johnson.

Le Premier ministre conservateur a également évoqué avec Joe Biden l'affaire, très suivie au Royaume-Uni, de la mort de Harry Dunn, tué dans un accident de la route causé par l'épouse d'un diplomate américain, qui était rapidement repartie aux Etats-Unis, invoquant l'immunité diplomatique.

Le "Good Friday agreement", l'accord de paix nord-irlandais de 1998 qui a mis fin à trois décennies de violences ( AFP /  )

Le "Good Friday agreement", l'accord de paix nord-irlandais de 1998 qui a mis fin à trois décennies de violences ( AFP / )

Joe Biden est "activement engagé dans cette affaire", a affirmé Boris Johnson, et "a ses propres raisons personnelles de se sentir profondément concerné par cette question", pour avoir perdu sa première épouse et sa fille d'un an dans un accident de voiture en 1972.

Selon Boris Johnson, la "difficulté" réside dans les "limites à ce que l'exécutif peut faire avec (...) le système judiciaire, mais les deux parties travaillent ensemble".

spe/ahe

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • alteis
    11 juin08:30

    il est tellement esseulé le boris qu il est obligé de se la jouer caniche.il parle au nom de l europe.... ça sera bien apprécié.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer