1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

JO 2018 : de l'assiette à la chambre de Lindsey Vonn, les chiens sont partout à Pyeongchang

Le Monde10/02/2018 à 06:40

Un chien, Lindsey Vonn et du fond de teint, vendredi 9 février au centre de presse des Jeux olympiques de Pyeongchang.

Des confessions de la skieuse sur « sa fille » à la lutte d'une patineuse canadienne contre la viande de chien, il est beaucoup question de canidés aux Jeux olympiques.

D'abord, parce qu'on avait écouté d'une oreille distraite la question du confrère américain, on s'est dit que la championne de ski alpin Lindsey Vonn parlait de sa fille.

« J'ai Lucy depuis un an et demi, elle voyage partout avec moi. La journée, elle dort beaucoup. » Un enfant de un an et demi qui dort beaucoup en journée ? Etrange, mais pourquoi pas.

« Je m'ennuie beaucoup en déplacement depuis que j'ai divorcé, a poursuivi l'Américaine, séparée de Tiger Woods. J'avais beaucoup de temps pour moi la nuit. Donc j'ai pris Lucy avec moi, partout. J'ai hésité à l'amener ici parce que c'était un long voyage mais elle est tout le temps avec moi, donc je me suis dit que j'aurais besoin d'elle pour l'événement le plus important. »

Toutes les mères athlètes le disent : vivre avec son bébé en compétition n'est pas le meilleur moyen d'y être performante. Quelque chose clochait, donc.

Lucy marche à quatre pattes mais ce n'est pas un retard de développement : Lucy est une chienne. Elle était dans un coin de la salle de conférence de presse, petit collier « Team USA » et oreilles rabattues. Les Américains l'adorent et dans cette salle, j'étais sans doute le seul à ressentir une légère incompréhension, suivie d'une immense gêne quand j'ai aperçu la (petite) bête.

Ignare que j'étais : les trois chiens de Lindsey Vonn, dont Lucy, ont même leur compte Instagram. Suivi par 27 200 personnes, soit tout de même la moitié de Tessa Worley, la meilleure skieuse française.

Un journaliste du...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer