1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

JO 2016 : l'étrange méthode qui marque les corps des nageurs

Le Point09/08/2016 à 06:44

Michael Phelps après la victoire américaine durant le 4 x 100 m aux Jeux de Rio.

Le corps tacheté de gros points violacés de Michael Phelps a fait sensation dimanche 7 août dans les bassins de Rio pour le lancement des épreuves de natation des Jeux olympiques. Le porte-drapeau de la délégation américaine n'a pas été frappé ni piqué par des insectes, mais s'il a délaissé les bandes rouges de la bannière étoilée pour des points rouges marqués dans sa chair, c'est à cause du « cupping », une méthode de récupération qui fait des adeptes au sein de Team USA. Cette technique ancestrale - attribuée par certains à la médecine chinoise ou originaire du Moyen-Orient selon d'autres - consiste à appliquer des ventouses sur le corps pour stimuler la circulation sanguine et ainsi faciliter la gestion du rythme soutenu des sportifs de haut niveau. Seul inconvénient esthétique, l'aspiration laisse des bleus circulaires sur le corps pendant plusieurs jours.

Plusieurs autres sportifs présents à Rio ont aussi recours à cette méthode pour stimuler leurs performances olympiques. La majorité des gymnastes de l'équipe des États-Unis en sont notamment des adeptes et l'un d'eux, Alex Naddour, estime même que le « cupping » est le « secret » d'une préparation réussie. « Cela m'a permis de rester en bonne santé. C'est la meilleure dépense de ma vie », a-t-il expliqué dans les colonnes de USA Today

. Cela pourrait se généraliser puisqu'Ayaaz Farhat, le...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer