1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Jeune indigène au Brésil, ado fonceuse en France : nos films de la semaine
Le Monde08/05/2019 à 01:15

Chaque mercredi, dans « La Matinale », les critiques du « Monde » présentent les meilleurs films à découvrir sur grand écran.

LA LISTE DE LA MATINALE

La jeunesse s'invite au cinéma cette semaine. Avec Ihjac, jeune indigène de la tribu Krahô au Brésil, dans l'envoûtant « Chant de la forêt », et Nina, adolescente fonceuse dans « Les Météorites ».

« Le Chant de la forêt » : l'Indien qui voulait tromper la mort

On connaissait le cinéaste portugais João Salaviza, né en 1984, pour un remarquable premier long-métrage, Montanha (2015), chronique caravagiste et endeuillée d'une adolescence en banlieue lisboète.

S'il vient confirmer son talent, Le Chant de la forêt, Prix spécial du jury d'Un certain regard, au Festival de Cannes 2018, n'en apparaît pas moins comme un recommencement : un film tourné au Brésil et à quatre mains avec Renée Nader Messora, native de Sao Paulo qui travaille depuis plus de dix ans auprès des populations indigènes du Cerrado, territoire préservé de l'Etat de Tocantins, au nord-est du pays.

Issu d'un séjour de neuf mois en immersion au sein d'une tribu Krahô, le film est le fruit d'une collaboration avec les habitants d'un petit village, Pedra Blanca, qui jouent leur propre rôle devant la caméra. Le résultat consiste en l'invention d'un territoire poétique à la croisée de l'anthropologie et de la fable, du document et du rêve éveillé.

Le film s'attache plus précisément à Ihjãc, un jeune indigène vivant avec sa femme Kôtô et leur nourrisson Tepto, entre leur petit village - une poignée d'âmes et de huttes - et une plantation au cœur de la forêt. On le découvre à la faveur d'une...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer