Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Jérôme Cahuzac se voit en bouc émissaire idéal

Reuters26/06/2013 à 13:51

JÉRÔME CAHUZAC SE CONSIDÈRE COMME UN BOUC ÉMISSAIRE

PARIS (Reuters) - Jérôme Cahuzac dit être le bouc émissaire idéal de toutes les turpitudes politiques avant son audition mercredi par la commission d'enquête sur la gestion politique du scandale de ses comptes bancaires à l'étranger.

L'ancien ministre socialiste du Budget affirme également sur Europe 1 qu'il n'y avait aucun sous-entendu dans ses propos d'avril dernier quand il disait ignorer ce que François Hollande connaissait exactement de l'affaire.

"Je suis le bouc émissaire idéal de toutes les turpitudes politiques. On m'a comparé à Stavisky. C'est moi aussi qui suis responsable des huit partielles perdues par la majorité, ou encore de la montée du FN", déplore-t-il.

Jérôme Cahuzac s'indigne de voir son nom associé à celui de l'homme d'affaires Bernard Tapie entendu dans l'enquête sur l'arbitrage qui lui a permis d'obtenir 403 millions d'euros en 2008 pour solder son litige avec le Crédit Lyonnais.

"Le pire pour moi, c'est que mon nom puisse être associé à celui de Bernard Tapie, alors que c'est grâce à moi que l'affaire de l'arbitrage a été relancée", dit-il.

Jérôme Cahuzac doit être entendu par les députés sur les éventuels dysfonctionnements dans l'appareil d'Etat entre le début de l'affaire avec les révélations du site d'information Médiapart le 4 décembre 2012 et ses aveux le 2 avril dernier.

Il sera notamment interrogé sur la façon dont il a dissimulé ses comptes en Suisse puis à Singapour et sur ce que l'Elysée et le gouvernement pouvaient connaître de l'affaire.

"IL N'Y AVAIT PAS DE SOUS-ENTENDU"

Sur France Info, le président UDI de la commission d'enquête, Charles de Courson, a dit oser espérer que la prestation de serment ait un sens pour toutes les personnes entendues à ce jour comme pour l'ancien ministre du Budget.

"Dans le Code pénal français, quand on prête serment et qu'on prouve que vous avez menti, on peut saisir la justice pour une condamnation", a-t-il expliqué.

Jérôme Cahuzac affirme qu'il répondra "le plus sincèrement possible" aux questions qui lui seront posées.

Lors d'une intervention sur BFM TV le 16 avril, il avait confié ne pas avoir dit la vérité à François Hollande, tout en laissant planer un doute sur ce que savait le chef de l'Etat. "J'ignore quel est son degré de connaissance de cette affaire", avait-il dit.

Interrogé par Europe 1 sur le sens de cette phrase, il répond : "Je ne sais pas. Quand j'ai évoqué François Hollande, il n'y avait pas de sous-entendu".

Jérôme Cahuzac dément par ailleurs être intervenu dans la législative partielle provoquée à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) à la suite de sa démission et qui a vu l'élimination du candidat PS au premier tour et un score élevé du Front national.

"Ce sont des fantasmes de journalistes. Contrairement à ce qui a été écrit, je n'ai aucune ambition pour la mairie."

Charles de Courson a annoncé que la commission prévoyait d'auditionner Pierre Condamin-Gerbier, l'ex-banquier de la banque suisse Reyl, qui a dit détenir les preuves qu'une quinzaine de personnalités politiques françaises, dont un ministre en exercice, ont pratiqué l'évasion fiscale.

"Nous voudrions savoir comment sont montés les comptes, comment ils sont dissimulés", a-t-il expliqué.

Gérard Bon

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.