Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Jérôme Cahuzac se confesse et renonce à la politique

Reuters16/04/2013 à 23:03

JÉRÔME CAHUZAC FAIT AMENDE HONORABLE ET RENONCE À L'ASSEMBLÉE

PARIS (Reuters) - Dans une confession à l'américaine, l'ex-ministre socialiste du Budget Jérôme Cahuzac a annoncé mardi sa démission de l'Assemblée nationale comme le lui enjoignait l'exécutif et la fin probable de toute carrière politique.

L'ancienne pièce maîtresse du gouvernement Ayrault, qui a provoqué une crise politique en France pour avoir détenu un compte bancaire occulte en Suisse, s'est livré sur BFM-TV et RMC à un exercice inédit en confirmant ses aveux.

Décrit par l'auteur de l'interview comme un "animal blessé", ce sportif accompli n'en a pas moins conservé une grande maîtrise et a multiplié les actes de contrition dans l'espoir de se "reconstruire" face au traumatisme de la classe politique.

"J'espère que viendra le moment où le jugement sera moins dur", a-t-il expliqué.

Il a ainsi demandé pardon à François Hollande, au Premier ministre Jean-Marc Ayrault et au ministre de l'Economie Pierre Moscovici, réaffirmant leur avoir menti.

Prié de dire si le chef de l'Etat était informé par d'autres canaux, il a eu cette phrase susceptible de relancer les interrogations de l'opposition sur le rôle de l'exécutif : "J'ignore quel était son degré de connaissance de cette affaire".

Ancien chirurgien, Jérôme Cahuzac a également cherché à couper court aux rumeurs selon lesquelles il aurait en réalité cherché à placer en Suisse 15 millions d'euros - et non 600.000 euros comme il l'a avoué - à des fins de financement politique.

"600.000 euros, oui, le reste, non", a-t-il dit, assurant que cette somme venait de ses activités de conseil auprès de laboratoires pharmaceutiques, un soupçon apparu dans l'enquête judiciaire le visant.

Selon lui, cette activité, exercée après son départ du cabinet du ministre de la Santé de l'époque, n'a provoqué aucun conflit d'intérêts. "J'ai eu une activité légale auprès d'entreprises de santé et notamment de laboratoires pharmaceutiques. Je n'ai pas été le seul vous savez, et la chose est parfaitement légale", a-t-il martelé.

"OUI J'AI PEUR"

Pressé par la plupart des dirigeants de la majorité d'abandonner son siège de député du Lot-et-Garonne, Jérôme Cahuzac a reconnu avoir longuement hésité.

Contraint de quitter le gouvernement après l'ouverture d'une information judiciaire, il était autorisé par la loi à reprendre son siège dans un délai d'un mois à compter de sa démission, c'est-à-dire d'ici au 19 avril.

"J'ai eu besoin de temps pour mesurer l'ampleur et la gravité de la faute morale que j'ai commise", s'est-il justifié.

Jérôme Cahuzac, qui avait évoqué sur son blog la "spirale du mensonge" le jour de sa démission, a eu des propos quasi psychanalytiques pour évoquer sa "part d'ombre".

"J'ai commis une folle bêtise, une folle erreur il y a près de vingt ans", a-t-il expliqué. "J'avais une part d'ombre et cette part d'ombre est aujourd'hui en pleine lumière".

"On est dans l'irrationnel quand on refuse sa part d'ombre, on nie une vérité au point de l'occulter, de l'oublier, on se ment à soi-même avant de mentir aux autres. En la matière je me suis menti à moi-même pendant des années", a-t-il avancé.

Prié de dire pourquoi, compte tenu de l'existence de ce compte caché, il a accepté le portefeuille du Budget que François Hollande et Jean-Marc Ayrault lui proposaient en 2012, il a répondu: "Ce jour-là, à cet instant-là, j'aurai dû avoir la force d'âme de refuser. Je n'ai pas eu la lucidité de refuser".

L'affaire avait été révélée en décembre par le site d'information Mediapart, qui avait diffusé un enregistrement dans lequel un homme présenté comme le ministre évoquait lui-même son embarras d'avoir un compte en Suisse.

Mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale après ses aveux le 19 mars devant les deux juges d'instruction chargés du dossier, l'ancien ministre encourt cinq ans de prison.

Il a dit s'attendre à une "épreuve judiciaire" et considère la prison comme une possibilité. "Oui j'ai peur (?) Nier la peur ne supprime pas le risque (?) C'est parce que je saurais surmonter cette peur que je parviendrais à me redresser".

Gérard Bon, édité par Sophie Louet

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.