1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Jean-Pierre Mélia : de "Pékin Express" à la présidentielle 2017

Le Point10/06/2015 à 08:37

Jean-Pierre Mélia a participé à deux reprises à l'émission Pékin Express. 

Jean-Pierre Mélia n?est pas un pékin moyen. Après avoir participé à la 3e et 10e saison de l?émission Pékin Express, ce pied-noir, né à Oran en Algérie, se présentera à la présidentielle de 2017 avec le parti qu?il a créé : Le Vrai Rassemblement. "Le seul parti qui ne rejette personne."

Lunettes transparentes, fines boucles grisonnantes, tee-shirt noir col en V, petite chaîne sur sa peau rougie par le soleil, il refuse de donner son âge exact. Mais s?il est, dit-il "en off", "plus vieux que Juppé", il n?hésite pas à soulever son tee-shirt et à exhiber ses pectoraux musclés pour prouver qu?il sait s?entretenir. "Je fais de la muscu, du ski et du trapèze volant", se vante-t-il. Des activités qui ne l?empêchent pas de travailler entre six et huit heures par jour sur sa candidature.

"Tous les candidats sont des menteurs"

Son programme ? Un simple budget. Le projet de loi de finances (PLF) de 2018 qu?il dévoilera en septembre. "Je ne comprends pas pourquoi les journalistes ne demandent pas aux candidats de présenter leur budget alors que le président devra en présenter un quatre mois après son élection", déplore-t-il.

Il assure, chiffres à l?appui, que "tous les candidats sont des menteurs", tous, sauf lui : "90 % des recettes de l?État viennent de la CSG, la TVA, l?impôt sur les sociétés, l?impôt sur les revenus et les impôts locaux. Il y a également cinq dépenses...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer