Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Jean-Marc Ayrault réserve ses arbitrages sur les retraites

Reuters26/08/2013 à 17:24

LA CFDT SE DÉCLARE RASSURÉE SUR LES PROJETS DE L?EXÉCUTIF POUR LES RETRAITES

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault a donné lundi des gages aux syndicats sur plusieurs volets de la réforme des retraites à venir sans toutefois dévoiler ses arbitrages sur le point brûlant de son financement, qui divise les partenaires sociaux.

La CFDT et la CGT ont été parmi les premières reçues par le Premier ministre, qui a entamé un ultime round de concertation de deux jours avant de boucler ce projet à haut risque qui sera présenté le 18 septembre en conseil des ministres.

Le secrétaire général de la CFDT, un syndicat dont le soutien est jugé essentiel pour faire passer la réforme, s'est déclaré "rassuré" sur plusieurs propositions avancées par le chef du gouvernement.

"Pas de baisse des pensions, pas de modification des calculs des retraites d'ici 2020, pas d'accélération massive de la durée de cotisation, pas de modification des règles de calculs pour les fonctionnaires ou les régimes spéciaux", a énuméré Laurent Berger sur le perron de Matignon.

Il a fait état d'avancées jugées positives par la CFDT, notamment sur le fait que les années d'apprentissage des jeunes seraient prises en compte pour la retraite.

"Nous avons quelques annonces sur l'apprentissage, sur la mise en place d'un compte-pénibilité, sur le fait qu'il regarde (...) la refonte des avantages familiaux à destination des femmes", a dit Laurent Berger.

Afin de marquer sa réforme à gauche, le gouvernement va mettre en place "un compte d'épargne" qui attribuera des points aux salariés travaillant dans des conditions pénibles, leur permettant de partir plus tôt à la retraite.

Le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, a aussi reconnu des avancées sur les fronts de la pénibilité, des études des jeunes ou de l'égalité homme-femme.

Mais le syndicat n'envisage pas de renoncer à la journée d'action prévue le 10 septembre avec FO .

"RAPPORT DE FORCE"

"Le gouvernement est sensible sans doute au rapport de force que nous sommes en train de créer", a jugé Thierry Lepaon, pour qui des options déjà confirmées par le gouvernement restent inacceptables.

"Nous sommes opposés à toute augmentation de la durée de cotisation, le gouvernement l'a bien compris", a-t-il dit.

Intervenant dimanche soir sur France 2, Jean-Marc Ayrault a une nouvelle fois exclu tout relèvement de l'âge légal de départ à la retraite. Mais le gouvernement s'achemine néanmoins vers la poursuite du mouvement d'augmentation de la durée de cotisation nécessaire pour toucher une pension au taux plein.

Jugée acceptable par la CFDT, cette option constitue une ligne rouge pour la CGT et FO, même si elle n'interviendra sans doute pas avant 2020.

Le gouvernement doit trouver d'ici là environ sept milliards d'euros pour combler le déficit du régime général estimé à cette échéance, au risque de faire beaucoup de mécontents.

Le patronat est vent debout contre l'option d'une hausse des cotisations.

"J'ai dit mon opposition sur une augmentation des cotisations", a dit à sa sortie de Matignon Jean-François Roubaud, le président de la CGPME, qui entend mobiliser ses troupes si son organisation n'est pas entendue sur ce point.

"Aujourd'hui, si l'on augmente les charges des entreprises, c'est des actifs en moins, c'est des salariés qui ne seront pas embauchés, ce seront des investissements en moins", a-t-il dit.

Le Medef, qui était reçu lundi après-midi par le Premier ministre, refuse également toute hausse et reproche au gouvernement son manque d'ambition. "Ne pas vouloir regarder l'âge légal et ne pas bouger les durées de cotisation avant 2020, c'est irréaliste", a dit son président, Pierre Gattaz, dans une interview à l'Usine Nouvelle.

Longtemps évoquée comme la solution privilégiée du gouvernement pour combler le déficit, l'autre option d'une hausse de la CSG ne fait pas l'unanimité sur fond de débat de rentrée sur le "ras-le-bol fiscal"

Tant la CGT que la CGPME ont fait valoir qu'une hausse généralisée de cet impôt ferait courir le risque d'étouffer une reprise encore hésitante. La CFDT juge de son côté qu'un recours à la CSG doit être réservé pour financer les déficits du système de santé ou de perte d'autonomie des seniors.

édité par Yann Le Guernigou

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.