Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Jean-Marc Ayrault réplique sous le feu des critiques

Reuters25/10/2012 à 19:32

JEAN-MARC AYRAULT ADOPTE UN TON INHABITUELLEMENT COURROUCÉ

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Cible de critiques tous azimuts, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a riposté jeudi sur un ton inhabituellement courroucé aux tenants de "la politique politicienne" et autres auteurs de "chroniques quotidiennes de démolition" à son égard.

Cet accès de mauvaise humeur est une réponse aux salves émanant de la droite, d'une partie de la presse et de son propre camp après les flottements et autres reculades sur certains dossiers - droit de vote des étrangers, mariage homosexuel, prévisions de déficits pour 2013, notamment.

Dernier épisode en date : l'anticipation par le chef du gouvernement de l'annulation par le Conseil constitutionnel du projet de loi sur le logement social, qui a nourri le procès en incompétence intenté par la droite.

La presse de gauche n'est pas moins sévère. "Les Apprentis", titre jeudi en "une" le quotidien Libération sous des portraits du Premier ministre et du président François Hollande. "Gouvernement : mais qu'est-ce qui cloche ?", s'interroge pour sa part l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur.

La presse conservatrice n'est pas en reste, le Figaro Magazine titrant : "Pourquoi il n'y arrive pas".

La coupe semble pleine pour le chef du gouvernement, qui a répondu aux journalistes venus à sa rencontre jeudi matin au congrès de l'UPA avec une sécheresse assez inhabituelle.

"La politique politicienne, les chroniques quotidiennes de démolition, ça ne m'intéresse pas. Ce qui m'intéresse, c'est la France, pas le reste", a-t-il lancé. "La vraie politique, c'est celle que nous menons".

A la question de savoir s'il se sentait pris pour cible, il a répondu : "ça c'est clair".

"Vous savez j'ai l'habitude, ça ne me fait pas peur. Ceux qui ont dirigé le pays pendant dix ans, qui ont laissé le pays dans l'état que nous connaissons, ils devraient faire preuve d'un peu plus de retenue et de respect", a-t-il ajouté.

Une remarque à l'adresse de l'opposition de droite qui continue de faire pleuvoir les critiques sur l'affaire du projet de loi sur le logement social.

"LES AMATEURS"

Une ancienne ministre UMP, Valérie Pécresse, a ironisé sur "une étape supplémentaire dans la série 'Les Amateurs'".

"Je ne me réjouis pas quand le gouvernement se ridiculise, parce que je crois qu'au fond, ce que veulent les Français aujourd'hui c'est qu'il y ait un gouvernement à la hauteur de la gravité de la situation", a-t-elle déclaré sur Radio Classique.

François Baroin juge l'affaire "relativement grave".

"Le fait que ce soit un Premier ministre qui le dise, c'est une faute, une de plus", a dit l'ex-ministre sur France 2.

Dans l'entourage du Premier ministre, on relativisait jeudi, expliquant que l'exécutif avait pris un risque juridique modéré sur un texte que le gouvernement espère de toutes façons faire adopter dans une version à peine amendée avant la fin de l'année.

Autre sujet d'agacement pour le Premier ministre : les fuites quasi-quotidiennes dans la presse à propos du rapport sur la compétitivité préparé par Louis Gallois, qui doit être remis le 5 novembre.

"Vous pourrez continuer tous les jours votre petit feuilleton, ça ne m'intéresse pas, parce que quand on parle d'un rapport qu'on n'a même pas lu, je pense que ce n'est pas très sérieux", a dit Jean-Marc Ayrault aux journalistes.

Dans son discours devant l'UPA, il a insisté sur l'utilité de ce document malmené même avant sa naissance.

"Ce rapport n'embarrasse pas le gouvernement, au contraire, puisque je l'ai commandé", a-t-il assuré.

"Lorsqu'il sera rendu public, le gouvernement bien sûr s'en saisira ce sera une très importante contribution aux décisions que nous allons prendre", a-t-il ajouté, à la veille d'une nouvelle réunion à Matignon sur le thème de la compétitivité.

L'impression de désordre pèsera sans doute sur l'ambiance du congrès du Parti socialiste, ce week-end à Toulouse.

A l'Elysée, on assure que "la confiance est totale entre le président et le Premier ministre", repoussant les informations de presse faisant état de tensions dans le couple exécutif, malmené dans les sondages d'opinion.

Un ministre invoque quant à lui le jeu médiatique dans la France de 2012.

"On parle plus de la marinière d'Arnaud Montebourg que du voyage aux Philippines du Premier ministre, alors...", dit-il à propos du flot de commentaires sur une photographie du ministre du Redressement productif portant une marinière et un robot "made in France" parue en "une" du Parisien magazine.

Avec Chine Labbé et Julien Ponthus, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.