Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Jean-Marc Ayrault reconnaît quelques erreurs

Reuters16/10/2012 à 14:48

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre français, en butte à de nombreuses critiques sur sa manière de gouverner, à une forte chute de popularité et confronté à des "couacs" à répétition au sein de son gouvernement, a reconnu mardi "quelques erreurs".

Jean-Marc Ayrault est notamment revenu sur le dernier "couac" en date - les déclarations du ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, en faveur d'un débat sur la dépénalisation du cannabis.

Une dépénalisation catégoriquement exclue par le chef du gouvernement au nom de la lutte contre l'économie souterraine et contre un problème de santé publique "très grave".

"Moi je ne banalise pas la consommation du cannabis (...) Et qu'est-ce qu'on fera demain pour les autres drogues ?" a dit sur Europe 1 le Premier ministre, pour qui il y a en revanche une campagne à mener à l'école contre l'usage du cannabis.

Pour le reste, "il y a quelques erreurs, c'est vrai, et il faut les reprendre", a-t-il reconnu à propos du fonctionnement de son gouvernement, tout en imputant ses difficultés du moment à la situation économique et sociale de la France.

"Je crois que c'est la situation la plus difficile qu'un gouvernement ait connue depuis le début de la Ve République, parce que le grand chantier du redressement exige beaucoup de travail, beaucoup d'énergie", a-t-il fait valoir. "Donc la moindre bavure (...) se voit."

Il a réaffirmé que les Français voulaient voir tous les ministres au travail, uniquement concentrés sur leurs dossiers et pas qu'ils se "laissent aller à des commentaires".

"On n'est pas là pour se faire de la pub pour soi-même, on n'est pas là pour faire des débats de société, on est là pour défendre son ministère (...) et la politique du gouvernement. Il n'y a qu'une politique du gouvernement", a-t-il insisté.

Il a confirmé avoir rappelé à l'ordre Vincent Peillon, dont les propos sur le cannabis ont provoqué une polémique.

"Vincent Peillon m'a appelé hier matin pour reconnaître son erreur parce qu'il a fait effectivement une erreur (...) Les choses sont rentrées dans l'ordre. Maintenant tout le monde est au travail", a-t-il déclaré.

MESSAGE COMPRIS ?

D'autres membres du gouvernement, sur d'autres ondes, n'ont pas hésité à critiquer leur collègue à mots couverts.

Le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a ainsi estimé sur France Inter qu'un membre du gouvernement ne devait pas "s'exprimer à titre personnel".

Le ministre de l'Economie sociale et solidaire et de la Consommation, Benoît Hamon, a pour sa part déclaré sur RTL qu'il fallait "parler à bon escient"

"Surtout à un moment où des territoires entiers agonisent quasiment la bouche ouverte, faute d'emploi", a-t-il souligné. "Quand il y a une crise pareille, ce qu'on attend de ministres du gouvernement c'est qu'ils soient mobilisés sur leur tâche."

Sa collègue des Affaires sociales, Marisol Touraine, a pour sa part jugé sur France Info qu'un ministre, "par définition", n'avait pas de "liberté d'expression".

"Lorsqu'un débat n'est pas tranché, on peut avancer un certain nombre d'idées et faire état de perspectives, qu'elles soient personnelles ou validées en amont par le Premier ministre", a-t-elle cependant ajouté.

Jean-Marc Ayrault n'en a pas moins assuré que le message était "passé" et qu'il avait été "bien compris".

Le député écologiste Noël Mamère a pour sa part défendu sur BFM TV le ministre de l'Education, qui était selon lui "dans son rôle" et "a eu raison de soulever" la question de la dépénalisation du cannabis - en faveur de laquelle s'était prononcée la ministre Verte du Logement, Cécile Duflot.

L'opposition de droite, dont certains membres ont appelé à la démission du ministre de l'Education nationale, continue pour sa part de se saisir des propos de Vincent Peillon pour critiquer le gouvernement.

L'ex-président UMP de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer a ainsi dénoncé sur Radio Classique une "faute particulièrement grave" de la part d'un ministre chargé de la jeunesse.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.