1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Jean-Marc Ayrault jure que la "politique du rabot est terminée"

Reuters24/01/2014 à 13:41

JEAN-MARC AYRAULT ASSURE VOULOIR MENER DES RÉFORMES STRUCTURELLES

PARIS (Reuters) - A l'orée d'une semaine qui le verra lancer le chantier de la fiscalité des entreprises et des ménages, le Premier ministre réitère dans une interview publiée vendredi par Le Monde sa volonté d'en finir avec la "politique du rabot".

Jean-Marc Ayrault assure en revanche vouloir mener des réformes structurelles pour aller au-delà des 50 milliards d'euros d'économies sur les dépenses publiques déjà promises et financer des baisses d'impôts et de charges.

"La politique du 'rabot' est terminée. Je veux mener des réformes structurelles qui engagent tous les acteurs sur plusieurs années", explique-t-il.

Il cite la réorganisation de l'hôpital et de la médecine de ville et la révision de la politique du médicament, dont il dit attendre une réduction substantielle des coûts du système de santé "sans nuire à la qualité des soins".

"Si nous développons les mutualisations entre les différentes caisses de retraite et de maladie, des économies substantielles seront possibles", estime-t-il aussi.

Il recevra lundi les partenaires sociaux pour entendre leur avis sur le "pacte de responsabilité" proposé par le président François Hollande aux entreprises - des baisses de charges contre l'engagement d'embaucher et d'investir.

Puis il installera le comité de pilotage des assises de la fiscalité des entreprises mercredi et celui de la réforme de la fiscalité des ménages vendredi.

"Allègement des cotisations des entreprises, assises de la fiscalité des entreprises, remise à plat de la fiscalité des ménages : tout cela forme un bloc", explique Jean-Marc Ayrault.

En matière de fiscalité des ménages, il reste cependant prudent sur la possibilité de faire un geste dès 2015, comme l'a laissé entendre l'entourage du chef de l'Etat.

PRIORITÉ À L'EMPLOI ET L'INVESTISSEMENT

"Le gouvernement s'est engagé à baisser la dépense publique d'au moins 50 milliards d'euros d'ici à 2017, ce qui est un effort considérable", explique-t-il. "Si nous parvenons à faire davantage et si le contexte économique le permet, nous pourrons baisser les impôts plus vite."

Jean-Marc Ayrault précise que la réindexation sur l'inflation du barème de l'impôt sur le revenu sera confirmée en 2015 et laisse entendre qu'il pourrait encore y avoir des mesures pour les ménages les plus modestes.

"Mais le pacte de responsabilité, c'est la priorité donnée à l'emploi et à l'investissement", ajoute le Premier ministre, qui confirme ainsi implicitement la transition d'une politique de la demande à une politique de l'offre.

Il souligne au passage que l'objectif du gouvernement est d'accélérer la reprise, notamment grâce au futur "pacte de responsabilité", et juge "tenable" la perspective d'une croissance de 1% du PIB en 2014.

"Mais il faut améliorer substantiellement la perspective 2015-2017", ajoute le Premier ministre.

En matière de fiscalité des entreprises, il confirme, outre le projet de suppression des cotisations familiales payées par les employeurs, l'intention du gouvernement de s'attaquer aux "petites taxes" qui "finissent par peser lourd".

"L'autre chantier est de rapprocher la fiscalité des entreprises de celles de nos voisins allemands à l'horizon 2020", ajoute Jean-Marc Ayrault.

En matière de fiscalité des ménages, l'objectif n'est pas le "grand soir fiscal" mais de rendre l'impôt plus transparent et plus juste, explique le Premier ministre.

"Les contestations fiscales de la fin de l'année dernière ont montré que l'acceptation de l'impôt était en jeu", fait-il valoir dans une allusion, notamment, au mouvement des "bonnets rouges" contre la taxe écologique sur les poids lourds.

Emmanuel Jarry, édité par Sophie Louet

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • blbryvsg
    24 janvier13:08

    Avec Hollande, c'est la politique du cabot ... Les réunionnais comprendront ; pour les autres, un petit jeu de recherche intellectuelo-créole.

    Signaler un abus

  • puck
    24 janvier13:05

    rene 1596, ok pour diminuer le remboursement des médicaments mais les dépenses pharmaceutiques ne représentent que 12% du total, la gagegie est à l'hopital avec le coût et le nombre de nuités ausquels s'ajoute l'excès du personnel mal réparti avec les 35 h mais ce sont des fonctionnaires qui votent socialiste et dans certaines villes les hopitaux sont les premiers employeurs

    Signaler un abus

  • ltondu
    24 janvier12:40

    Passons désormais à la varlope !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.