Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Jean-Louis Debré estime que pour Nicolas Sarkozy "c'est fini"

Reuters14/04/2016 à 18:50

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy devrait prendre acte "que pour lui, c'est fini", déclare jeudi le chiraquien Jean-Louis Debré, qui dresse un portrait féroce de l'ancien président dans un ouvrage à paraître prochainement après neuf années d'une stricte réserve à la tête du Conseil constitutionnel.

Remplacé en mars à la présidence des "Sages" par Laurent Fabius, Jean-Louis Debré, nommé depuis président du Conseil supérieur des archives, a consigné par écrit durant son mandat les grandeurs et petitesses de la vie politique française dont il se dit aujourd'hui déçu et détaché.

"Quand on veut être président de la République, on doit avoir le sens de l'Etat. Et Nicolas Sarkozy ne l'a pas", déclare-t-il dans une interview au Point qui publie jeudi des extraits de "Ce que je ne pouvais pas dire", à paraître le 21 avril.

En 2008, le Conseil constitutionnel censure partiellement la loi sur la rétention de sûreté voulue par Nicolas Sarkozy. Ce dernier confie alors une mission au premier président de la Cour de cassation pour "trouver un moyen de contourner notre jurisprudence", écrit Jean-Louis Debré.

"Rien ne m'étonne plus de Sarkozy. Il n'a aucun sens de l'Etat. C'est un chef de clan auquel il est interdit de résister, surtout au nom du droit", souligne-t-il.

Quant à la réforme constitutionnelle de 2008, "Sarkozy était prêt à tout casser, par caprice, parce qu'il avait envie de s'exprimer devant le Congrès", ajoute l'ancien président du Conseil Constitutionnel.

"Nicolas Sarkozy nous joue l'éternel revenant qui s'accroche. Il devrait prendre acte que pour lui, aujourd'hui, c'est fini", tranche Jean-Louis Debré dans l'interview.

Ce proche de Jacques Chirac, dont l'inimitié envers Nicolas Sarkozy remonte à la campagne présidentielle de 1995, juge dans ce même entretien qu'"à droite, la crise est pathétique".

"Les candidats à la primaire proposent tous la même chose et ne cessent de se dénigrer entre eux. Qu'est-ce qu'un grand parti quand il génère quatorze ou quinze candidats? En face, au PS, ils prennent un malin plaisir à se combattre entre eux", dit-il.

(Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.